Cinq mois après son agression Théo témoigne: "il y en a encore qui me provoquent avec leur matraque"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Cinq mois après son agression Théo témoigne: "il y en a encore qui me provoquent avec leur matraque"

Publié le 28/06/2017 à 14:41 - Mise à jour à 14:56
©Photo AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Cinq mois après son interpellation violente par les policiers à Aulnay-sous-Bois, Théo s'est confié sur sa convalescence à BFMTV. Le jeune homme assure encore subir des moqueries de la part de policiers.

Cinq mois après son agression par des policiers à Aulnay-Sous-Bois lors de laquelle un représentant de l'ordre lui aurait enfoncé sa matraque dans l'anus, Théo, 22 ans, a entamé sa reconstruction mais en veut encore à ses agresseurs, comme il l'a confié mardi 27 à BFMTV.

Depuis le jeune homme vit avec une poche gastrique à cause du déchirement anal et de la perforation du côlon consécutive aux violences dont il aurait été victime. Les médecins sont d'ailleurs "sceptiques" sur sa capacité à vivre sans: "Ça me fait très très mal. Ça me dérange au quotidien".

Outre l'aspect physique des séquelles de Théo, le volet psychologique est toujours présent. "Je suis dans la convalescence et dans la reconstruction. Je guéris, mais je guéris en agissant. (…) Si je baisse les bras c’est un mauvais exemple que je donne aux gens. Je dois rester debout", témoigne-t-il.

"Si je vous dis que ça va, ce serait vous mentir" confie-t-il à la chaîne de télévision. Et d'ajouter: "j’ai subi une torture. C’était de la violence volontaire et il y avait un viol en réunion. Les quatre (policiers) ont été complices car aucun n’a dit à son collègue +tu vas trop loin+".  

Le jeune homme a également expliqué en vouloir aux policiers responsables de son état mais également à certains de leurs collègues, qui, selon lui, se rendraient coupables de brimades à son égard. Il en veut "aux policiers de mon quartier qui se moquent de moi qui me provoquent avec leur matraque. Hier encore, j’étais en bas de chez moi, les policiers sont passés en voiture et il y a un policier qui dit: +Salut Théo, tu te rappelles de la matraque?+ Il rigole et il s’en va. Ils le font souvent".

Concernant le volet judiciaire de l'enquête, trois policiers ont été mis en examen pour violences volontaires en réunion et le quatrième pour viol, suspecté d'être l'agent ayant enfoncé sa matraque dans l'anus du jeune homme. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Si je vous dis que ça va, ce serait vous mentir" confie Théo à BFMTV.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-