Clermont-Ferrand: un propriétaire débouté par la justice après la saillie non-désirée de sa chienne

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faite un don !

Clermont-Ferrand: un propriétaire débouté par la justice après la saillie non-désirée de sa chienne

Publié le 04/04/2017 à 17:47 - Mise à jour à 18:09
©Pixabay
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le propriétaire d'Eden, une chienne épagneule breton, a été débouté par le tribunal d'instance de Clermont-Ferrant ce mardi matin. Il demandait des indemnités suite à une saillie non-désirée de son animal il y a deux ans.

Eden, une chienne de race épagneule a été victime d'une saillie non-désiré par le chien du voisin de son propriétaire le 24 février 2014. Son maître, a été débouté ce mardi 4 matin par le tribunal d'instance de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Il réclamait des réparations à son voisin, dont le chien s'était accouplé avec Eden sans que celui-ci donne sa permission, rapporte France 3 Auvergne-Rhône-Alpes.

Après l'accouplement, la chienne de race a mis bas une portée de sept chiots et a été admise dans une clinique vétérinaire pour une ablation de l'utérus. Une opération qui rend toute reproduction impossible. D'après 20 minutes, son propriétaire la destinait à un chien de la même race. Il a saisi la justice et a demandé 2.000 euros de dommages et intérêts à son voisin correspondant à l'impossibilité pour son animal de se reproduire. Ainsi que 2.000 euros supplémentaires pour les souffrances endurées par sa chienne. Enfin il a demandé le paiement par ce dernier des frais médicaux relatifs aux soins prodigués par la clinique vétérinaire qu'il a refusé de régler lui-même.

Lors du procès, Me Jean-Hubert Portejoie, l’avocat du propriétaire d’Eden a fait référence à la loi du16 février 2015 qui reconnaît que "les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité". A partir de ce nouveau statu juridique, il a demandé si un animal pouvait être indemnisé de ses souffrances. Après le verdict il a fait part de sa déception: "mon client et moi-même sommes déçus. Cette question n’a pas été abordée. Le juge n’a pas statué sur cette question. Pour nous, il n’a pas examiné le problème juridique".

La justice a estimé que "la date de la saillie comme la paternité du chien n’étaient pas clairement démontrés", a expliqué Me Portejoie. Le propriétaire d'Eden souhaite faire appel de cette décision. En réparation des souffrances endurées par Eden, il réclame un montant qu'il destine "à une association d'aide à la protection des animaux".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La justice a estimé que "la date de la saillie comme la paternité du chien n’étaient pas clairement démontrés" (Image illustration)

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-