Cohiniac: la femme retrouvée morte et en partie dénudée dans une ferme abandonnée a été identifiée

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Cohiniac: la femme retrouvée morte et en partie dénudée dans une ferme abandonnée a été identifiée

Publié le 10/05/2017 à 15:49 - Mise à jour à 15:57
©Martin Le Roy/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le cadavre d'une femme d'une trentaine d'années a été retrouvée dimanche en partie dénudé sur le terrain d'une ferme abandonnée sur la commune de Cohiniac (Côtes-d'Armor). La victime vient d'être identifiée: il s'agit d'une mère de famille qui n'a plus donné signe de vie depuis deux semaines.

L'enquête avance dans l'affaire du cadavre de femme en partie dénudé retrouvé dimanche 7 sur le terrain d'une ferme abandonnée dans la petite commune rurale de Cohiniac dans le département des Côtes-d'Armor.

Une autopsie a permis de confirmer ce que l'enquête pressentait mais ne voulait pas formellement avancer tant que les experts n'avaient pas rendu leurs conclusions: le cadavre est bien celui de Claire Bouchaud, une femme de 35 ans résidant à Saint-Pever, à une quinzaine de kilomètres des lieux de la macabre découverte. L'ADN a confirmé ce qui était pressenti, sans doute possible.

La victime avait quitté son domicile l'après-midi du 22 avril pour aller se rendre à un vide-grenier. Elle n'a, depuis, plus jamais donné le moindre signe de vie. Son entourage s'est inquiété de ne pas la voir reprendre son travail le lundi 24, ni d'être allée chercher sa petite-fille de 4 ans an vacances chez des grands-parents. Une première battue, rassemblant près de 150 personnes, avait été lancée à l'initiative de la famille le 1er mai à Saint-Péver, puis une seconde le 6 mai, menée par l'Association de recherche des personnes disparues (ARPD).

Cependant, si l'identité va permettre à l'investigation de progresser pour faire la lumière sur les événements, les zones d'ombre restent très nombreuses. Les causes de la mort n'ont ainsi pas encore été pleinement éclaircies. Les gendarmes locaux en charge de l'enquête privilégie largement la thèse de l'homicide.

La dépouille de la victime, a été découverte par un promeneur ayant pris ce chemin du lieu-dit Le-Clos-d'en-bas lors d'une promenade. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les gendarmes privilégient largement la thèse de l'homicide.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-