Colombes: un homme de 39 ans, connu des services de police, abattu par balles en pleine rue

Colombes: un homme de 39 ans, connu des services de police, abattu par balles en pleine rue

Publié le 21/08/2017 à 07:56 - Mise à jour à 08:10
©Bohac Yann/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme de 39 ans a été tué par balles samedi 19 dans les rues de Colombes dans les Hauts-de-Seine. Connu des services de police, il pourrait s'agir d'un règlement de comptes.

Un homme, âgé de 39 ans, a été abattu en pleine rue, face au stade du Racing 92, à Colombes dans les Hauts-de-Seine, samedi 19, révèle Le Parisien. Les fiats se sont déroulés vers 20h, la victime marchait tranquillement dans la rue quand deux hommes sont arrivés à sa hauteur en scooter.

Le passager a alors sorti un fusil et a ouvert le feu sur le quarantenaire, le touchant très grièvement à la tête. La victime a alors tenté de prendre la fuite mais sa blessure était très grave et il s'est effondré devant un café d'où les témoins de la scène ont appelé les secours. Les deux auteurs de cet homicide ont immédiatement pris la fuite. Ils sont activement recherchés par les forces de l'ordre.

Le blessé a été rapidement pris en charge par le service mobile d’urgence et de réanimation (Smur) mais la gravité de sa blessure était telle que malgré les efforts du corps médical, il a succombé. "Il était connu des services de police, mais son nom n’apparaissait dans +aucun dossier brûlant+", fait savoir le quotidien, s'appuyant sur le témoignage d'une source policière.

Une enquête a été ouverte et confiée à la police judiciaire des Hauts-de-Seine qui devra faire toute la lumière sur cet assassinat en pleine rye, rapporte Le Parisien. Les enquêteurs privilégient, pour le moment, la piste du règlement de comptes, qui pourrait être lié au trafic de drogue.

La maire de Colombes, Nicole Goueta (LR), a fait savoir qu'un tel drame ne s'est "jamais produit dans le quartier". L'édile a expliqué que "comme nous faisons une chasse effrénée au trafic de stupéfiants, cela se déplace pas mal".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une enquête a été ouverte et confiée à la police judiciaire des Hauts-de-Seine.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-