Compiègne: les fils dealaient dans le HLM, la mère expulsée

Compiègne: les fils dealaient dans le HLM, la mère expulsée

Publié le 16/03/2018 à 12:16 - Mise à jour à 12:24
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

La Cour d'appel d'Amiens a validé fin février l'expulsion d'une locatrice d'un HLM de Compiègne (Oise) dont les fils se livraient au trafic de drogue dans l'immeuble. Une sanction qui avait été évoquée dans une loi de 2016 mais censurée.

Une famille peut être expulsée de son HLM si certains de ses membres se livrent à un trafic de drogue dans l'immeuble. La décision rendue fin février par la cour d'appel d'Amiens pourrait faire jurisprudence.

Elle a eu lieu dans le cadre d'une plainte de l'Opac de l'Oise contre des locataires de son HLM du Clos des roses, à Compiègne. Le quartier avait déjà fait parler de lui pour les problèmes liés au trafic de stupéfiants.

Voir: Compiègne - les locataires contraints d'abandonner le quartier aux dealers

En l'espèce, les enfants d'une locataire vendaient de la drogue dans les parties communes de l'immeuble. L'un d'eux faisait même partie d'un réseau international.  L'Opac avait demandé l'expulsion de la famille et avait été déboutée en première instance. Mais la Cour d'appel a en revanche considéré que le trouble à la jouissance des lieux justifiait l'expulsion de la toute la famille, même si la mère et locataire n'avait pas elle même participé à ce trafic.

La décision est d'importance pour les bailleurs sociaux. En effet, la résiliation automatique d'un contrat de location dès lors que le locataire ou l'un des occupants sont condamnés pour des faits liés au trafic de stupéfiants accomplis dans le logement ou l'immeuble avait été proposée dans la loi "égalité et citoyenneté" de 2016.

Toutefois, le Conseil constitutionnel avait censuré cette mesure, notamment dénoncée par le Syndicat de la magistrature pour son aspect "automatique et arbitraire" (source). Avec cet arrêt, la  cour d'appel d'Amiens considère donc que le fait qu'un membre de la famille se livre au trafic de stupéfiant dans l'immeuble peut justifier l'expulsion du locataire.

Toutefois, cela ne signifie pas que cette sanction devient automatique. D'autant plus que la famille en question dispose de deux mois pour porter l'affaire devant la Cour de cassation qui aurait alors à définir une jurisprudence. Mais un tel pourvoi ne suspendrait pas l'expulsion, qui doit elle aussi intervenir dans les deux mois.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La famille habitant un HLM de Compiègne devrait être expulsée pour troubles à la jouissance des lieux car les enfants vendaient de la drogue dans l'immeuble.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-