Condamné pour avoir tenté d'étrangler sa compagne avec sa ceinture

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Condamné pour avoir tenté d'étrangler sa compagne avec sa ceinture

Publié le 09/08/2018 à 07:40
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Un homme de 32 ans a été condamné par la justice mercredi après avoir tenté, alors qu'il était ivre, d'étrangler sa compagne avec une ceinture en juillet dernier, à Iffendic, en Ille-et-Vilaine.

Le tribunal correctionnel de Rennes a condamné pour violences conjugales mercredi 8 un homme à dix mois de prison avec sursis, assortis d'une mise à l'épreuve et d'une obligation de soins, ainsi qu'une interdiction de se rendre dans des lieux de débit de boissons.

L'individu, âgé de 32 ans, avait tenté le 24 juillet dernier, au petit matin, à Iffendic en Ille-et-Vilaine, d'étrangler sa compagne avec sa ceinture, alors qu'il était sous l'emprise de l'alcool.

L'alcool, c'est justement ce qui avait incité la victime à mettre le trentenaire à la porte.

Car ce jour-là, ce qui a déclenché la colère de l'accusé, c'est de rentrer, ivre, vers 6h du matin, et de retrouver toutes ses affaires dans des sacs plastiques devant chez lui.

Il était censé rentrer bien plus tôt, pour garder les enfants du couple, avant que sa compagne ne parte au travail.

Lire aussi: violences conjugales - elle est battue pendant 56 ans, son mari condamné

La jeune femme avait réussi à lui échapper et à prévenir les gendarmes, qui ont dû utiliser un taser à deux reprises pour le neutraliser, tant il était violent et incontrôlable.

"Je ne me souviens pas trop", a dit cet homme en reconnaissant les faits devant le procureur mercredi, selon les propos rapportés par Ouest-France.

A la barre, la victime n'a fait que défendre son compagnon: "Quand il est à jeun, je n'ai rien à lui reprocher", a-t-elle notamment déclaré. Ou encore: "C'est quelqu'un de respectueux quand il n'a pas bu".

Et aussi:

Violences conjugales: mieux prendre en charge les enfants, victimes collatérales

En 2016, plus de 85.000 victimes ont déposé plainte pour violences conjugales

Violences conjugales en France: 144 morts en 2015

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un homme de 32 ans a été condamné mercredi à dix mois de prison avec sursis, assortis d'une mise à l'épreuve, pour violences conjugales.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-