Condamné pour avoir voulu "tondre" et "jeter dans la Seine" les filles de Castaner

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Condamné pour avoir voulu "tondre" et "jeter dans la Seine" les filles de Castaner

Publié le 03/04/2019 à 10:56 - Mise à jour à 11:01
© LUDOVIC MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Un homme âgé de 25 ans a été condamné à du travail d'intérêt général et une amende mardi après avoir menacé de "tondre" les filles du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, et de les "jeter à la Seine".

 

L'avocat de la famille Castaner a fait savoir que la somme perçue par les plaignants serait versée à la Croix-Rouge française. Un jeune homme de Haute-Savoie a été condamné mardi par le tribunal de grande instance de Thonon-les-Bains à 140 heures de travail d’intérêt général et à verser 2.400 euros de dommages et intérêts (soit 800 euros par personne) au ministre de l’Intérieur et sa famille.

Comme le rapporte France Bleu Pays de Savoie, le prévenu avait, par mail le 17 février dernier sur l'adresse du ministère de l'Intérieur, menacé de "tondre" et de "jeter à la Seine" les filles de Christophe Castaner. Comme l'explique l'explique l'avocat à la radio, le jeune homme a été pris "dans un élan de haine et de colère après les images qui tournent en boucle depuis le début du mouvement des Gilets jaunes", notamment les violences policières. Il avait pris soin de modifier son adresse IP pour ne pas être retrouvé, en vain.

Lire aussi - Castaner sur les photos en discothèque : "Pas de polémique", sécurité "assurée"

Toujours selon le conseil, le prévenu, veilleur de nuit de son état, n'avait "pas l'intention de passer à l'acte". À la barre, le jeune homme a dit "regretter son acte". L’avocat de la famille Castaner, partie civile au procès, s'est pour sa part interrogé: "Aujourd’hui, il ne fait pas de doute que le prévenu n’avait aucune intention de passer à l’acte. Mais au moment où l’on reçoit le message, comment aurait-on pu le savoir?".

Etant primo-délinquant, le veilleur de nuit a bénéficié d'une mesure d'indulgence du tribunal.

Voir:

Castaner en boîte de nuit: Philippe dit sa "confiance" en son ministre

"Gilets jaunes": Castaner au carrefour des critiques

"Gilets jaunes" à Bordeaux: affluence, accrochages et interpellations, mais violences contenues

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un homme âgé de 25 ans a été condamné mardi après avoir menacé de "tondre" les filles du ministre de l'Intérieur.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-