Conseiller municipal LR tué à Créteil: deux hommes en garde à vue

Conseiller municipal LR tué à Créteil: deux hommes en garde à vue

Publié le 16/01/2016 à 15:49 - Mise à jour à 15:54
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

A Créteil (Val-de-Marne), deux hommes soupçonnés d'avoir tué le conseiller municipal Alain Ghozland (Les Républicains) ont été interpellés ce samedi et placés en garde à vue. Ils sont tous deux connus des services de police.

Deux hommes "majeurs" ont été interpellés ce samedi 16 janvier matin, dont l'un à Créteil (Val-de-Marne), et placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur le meurtre du conseiller municipal Alain Ghozland (Les Républicains), a-t-on appris de source judiciaire.

Ces deux personnes sont "connues des services de police et de justice", a précisé cette source, confirmant une information de M6.

"La piste crapuleuse reste la piste principale", a-t-elle ajouté, alors que les gardes à vue venaient de débuter en début d'après-midi.

Le corps du conseiller municipal Alain Ghozland, âgé de 73 ans, a été découvert mardi 12 au matin à son domicile à Créteil par son frère qui s'inquiétait de ne pas l'avoir vu à la synagogue la veille.

Son appartement était "en grand désordre" et sa voiture et ses cartes bancaires avaient disparu, avaient alors indiqué des sources policières. Alain Ghozland "avait été violemment frappé, des traces d'effraction ont été relevées", avaient ajouté ces sources. RTL avait quant à elle évoqué "des traces de coups de couteau". L'autopsie a ensuite révélé qu'il était mort par asphyxie.

La Brigade criminelle de Paris a été chargée de l'enquête ouverte pour "homicide volontaire".

Alain Ghozland, élu à Créteil depuis 1995, était également une personnalité connue de la communauté juive de la ville. Joint par l'AFP, le maire PS de Créteil Laurent Cathala, qui s'est rendu sur place, a salué "un conseiller municipal d'opposition apprécié de tout le monde", "un humaniste". Alain Ghozland vivait seul avec sa mère qui n'était pas au domicile, selon Laurent Cathala.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'autopsie a révélé que la victime était morte par asphyxie.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-