Corse: 300 légionnaires parachutés sur Ota, panique au village

Corse: 300 légionnaires parachutés sur Ota, panique au village

Publié le 27/10/2016 à 09:58 - Mise à jour à 10:04
©Joel Saget/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

Les habitants d'Ota, en Corse-du-Sud, ont été réveillés mercredi matin par une troupe de plusieurs centaines de parachutistes de la légion étrangère. N'ayant pas été prévenus qu'un tel exercice devait avoir lieu dans leur village, certains en ont été quitte pour une petite frayeur matinale.

Se retrouver nez à nez de bon matin avec un groupe de soldats en tenues de combat, voilà de quoi avoir un réveil difficile. C'est ce qu'ont connu mercredi 26 les habitants du petit village corse d'Ota lorsque les hommes du 2ème régiment étranger de parachutistes (la Légion étrangère) sont tombés du ciel et ont investi les alentours de la commune.

Attentat? Début d'une guerre que personne n'aurait vu venir? Invasion extraterrestre? L'explication la plus simple était la meilleure: il s'agissait d'un simple exercice grandeur nature, avec son lot de détonations qui ont provoqué un début de panique.

Et pour cause, les habitants de la paisible bourgade n'avaient pas été prévenus de l'opération, pas plus que les forces de l'ordre selon le témoignage d'un habitant recueilli par France Bleu: "il fallait voir. Il en sortait de tous les côtés. C’est de la folie de faire des choses pareilles. Il y aurait pu y avoir un massacre ce matin. Nous sommes tous chasseurs, nous sommes tous armés. On aurait pu faire un carnage. Ils étaient au moins 300, ça mitraillait partout dans le village. On se serait cru en guerre. J’ai appelé la gendarmerie qui n’était pas au courant".

Et de s'insurger contre l'absence d'information de la population dans un contexte sécuritaire tendu: "C’est n’importe quoi. Avec tout ce qui se passe maintenant, on ne fait pas des choses comme ça. Quand on fait de telles opérations on prévient la population. C’est inadmissible".

Il peut en effet sembler étonnant que l'armée n'ait pas prévenu les autorités qu'elle allait parachuter des légionnaires sur leur ville. Le maire du village, Pierre Paul de Pianelli, a expliqué avoir été prévenu qu'un exercice se déroulerait bien, mais sans obtenir plus d'informations quant à la date: "J'ai eu un seul contact avec un officier du 2ème REP par téléphone il y a une quinzaine de jours pour m'annoncer ce projet de manœuvre auquel je n'étais pas opposé, mais pour lequel je n'avais aucune précision. J'ai demandé un mail me disant le jour et l'heure de l'intervention, je ne l'ai jamais eu. Je n'ai donc pas pu transmettre l'information", a-t-il déclaré à France Bleu.

Mais de préciser: "je suis désolé pour les gens qui ont été effrayés. Mais on ne pouvait pas confondre ces 300 soldats avec des commandos de Daech. Je ne vois pas comment on peut faire l'amalgame".

 

 

 

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"On ne pouvait pas confondre ces 300 soldats avec des commandos de Daech", a tempéré le maire de la ville (image d'illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-