Côtes-d'Armor: trois motards s'amusent à rouler à grande vitesse, les gendarmes les interpellent grâce à YouTube

Côtes-d'Armor: trois motards s'amusent à rouler à grande vitesse, les gendarmes les interpellent grâce à YouTube

Publié le 25/07/2017 à 18:48 - Mise à jour à 18:52
©Facebook
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Après une enquête approfondie menée à partir des réseaux sociaux, les gendarmes de l’escadron de sécurité routière des Côtes d’Armor ont interpellé cette semaine un groupe de motards de la région de Guingamp. Ces derniers s'amusaient à rouler à grande vitesse sur les routes du département avant de poster les vidéos sur Internet.

Ils ont été interpellés grâce à YouTube. Après une enquête approfondie menée à partir des réseaux sociaux, les gendarmes de l'escadron de sécurité routière des Côtes-d'Armor ont interpellé cette semaine un groupe de motards de la région de Guingamp.

Surveillés depuis des mois, les trois hommes, âgés de 25 à 30 ans, se filmaient au guidon de leurs puissants engins grâce à des GoPro et publiaient sur les réseaux leurs délits de grande vitesse. De plus, ils proposaient aux internautes de se joindre à eux pour des sorties pour le moins risquées.

Sur les vidéos postées, les plaques d’immatriculation et les visages étaient floutés mais les gendarmes ont tout de même réussi à les confondre. Selon les informations de Sud-Ouest, les trois hommes ont été interceptés sur les routes en juin dernier. Un contrôle qui a permis "de confirmer les identités révélées par l’enquête", a expliqué Olivier Le Bec, commandant de l’escadron de sécurité routière des Côtes-d’Armor.

Interpellés, les trois hommes devront désormais répondre de leurs actes devant la justice et pourraient être poursuivis pour mise en danger de la vie d’autrui. Quant aux motos, elles ont été mises en fourrière jusqu'au jugement.

Pour rappel, la mise en danger délibérée de la personne d'autrui peut constituer un délit même lorsqu'elle n'a causé aucun dommage en vertu de l'article 223-1 du code pénal. Cette disposition punit d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende "le fait d'exposer directement autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les motos ont été mises en fourrière jusqu'au jugement.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-