Côtes-d'Armor: presque 2.500 porcs morts dans l'incendie d'une exploitation agricole à Ploubalay

Côtes-d'Armor: presque 2.500 porcs morts dans l'incendie d'une exploitation agricole à Ploubalay

Publié le 01/01/2017 à 17:36 - Mise à jour à 17:37
©Stephane Mahe/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un incendie de grande ampleur a provoqué des dégâts considérables dans une porcherie des Côtes-d'Armor. Outre les dommages matériels, une grande partie du cheptel porcin, soit pas loin de 2.500 têtes, a péri dans les flammes.

C’est une véritable tragédie pour l’exploitation agricole qui s’est déroulée ce jour de l’An, au matin, vers 9 heures sur la commune de Ploubalay dans les Côtes-d’Armor. Un incendie y a ravagé une porcherie provoquant des pertes considérables parmi cet élevage de grande taille, dans cette région spécialisée dans le secteur de la viande porcine.

C’est un ouvrier agricole qui venait d’arriver sur les lieux qui a donné l’alerte en voyant un hangar de 700 mètres carrés en proie aux flammes. Les secours sont arrivés sur les lieux mais, si le feu a pu être maîtrisé –il faudra tout de même quatre heures de lutte–, il n’y avait rien à faire pour les 2.200 porcelets qui étaient cantonnés dessous. Ils sont tous morts.

Et le cataclysme ne s’arrête pas là: les flammes ont réussi à atteindre un deuxième bâtiment, qui sert lui d’abri pour 220 truies qui, elles aussi, ont toutes perdu la vie. Une partie du bâtiment a pu au moins être sauvé, à défaut des bêtes.

L’interventions des sapeurs-pompiers a surtout permis de préserver un troisième bâtiment qui lui abritait 1.600 porcs adultes et qui n’a pas été atteint alors qu’il aurait connu le même sort que les deux autres sans l’arrivée des soldats du feu. L’un d’eux a d’ailleurs été légèrement blessé dans l’opération.

Une enquête devra faire la lumière sur les causes exactes qui ont déclenché cet incendie de grande ampleur, les premières constatations semblant s’orienter sur la piste, selon la gendarmerie, d’un boîtier électrique en "surchauffe" qui aurait entraîné ce sinistre de grande ampleur. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les porcs, parqués dans leur hangar, n'avaient aucune chance: 2.500 sont morts.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-