Crash de la Germanwings: le BEA recommande la rupture du secret médical

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Crash de la Germanwings: le BEA recommande la rupture du secret médical

Publié le 13/03/2016 à 12:32 - Mise à jour à 12:33
©Olivier Berg/DPA/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le rapport final sur la catastrophe de la Germanwings il y a un an a été publié ce dimanche. Les enquêteurs de l'aviation civile recommandent notamment la rupture du secret médical en cas de problèmes psychologiques graves des pilotes.

Le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA) de l'aviation civile française a prôné dimanche 13 des "règles claires" afin d'autoriser la rupture du secret médical en cas de troubles psychologiques d'un pilote, dans son rapport définitif sur le crash de la Germanwings qui a fait 150 morts le 24 mars 2015 dans les Alpes françaises.

"Des règles plus claires doivent être exigées pour savoir quand il est nécessaire de rompre le secret médical", a déclaré Arnaud Desjardins, expert chargé de l'enquête sur cet accident.

"Plusieurs médecins privés avaient l'information"  indiquant qu'Andreas Lubitz, le copilote qui a précipité la chute de l'appareil "était malade" et "cette information n'est pas parvenue aux autorités aéronautiques ni à l'employeur Germanwings", a-t-il ajouté lors de la présentation à la presse du rapport final sur l'accident, au Bourget.

Le 24 mars 2015, Andreas Lubitz, le copilote du vol GWI18G Barcelone-Düsseldorf de Germanwings, filiale low cost de la compagnie allemande Lufthansa, avait profité de l'absence provisoire du pilote dans la cabine pour engager la descente de l'Airbus une demi-heure après le décollage.

L'appareil, qui transportait 144 passagers et les six membres de l'équipage, s'était écrasé au bout de dix minutes dans le sud des Alpes françaises.

Dans son rapport préliminaire rendu public dès mai 2015, le BEA avait confirmé qu'Andreas Lubitz avait "intentionnellement réglé les consignes du pilote automatique pour commander une descente de l'avion jusqu'à la collision avec le relief".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le crash de la Germanwings a fait 150 morts le 24 mars 2015 (photo d'illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-