Crash de la GermanWings: les proches des victimes attendus ce jeudi sur les lieux du drame

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Crash de la GermanWings: les proches des victimes attendus ce jeudi sur les lieux du drame

Publié le 24/03/2016 à 08:42
©Emmanuel Foudrot/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Un an après le crash de l'Airbus A320 de la GermanWings dans les Alpes-de-Haute-Provence, qui avait fait au total 150 victimes, familles et proches des personnes disparues se recueillent ce jeudi sur les lieux du drame. Le 24 mars 2015, après 8 minutes de chute libre, l'appareil s'était écrasé suite au geste fou de son copilote, Andreas Lubitz.

Six cent cinq proches des victimes du crash d'un A320 de Germanwings, pour beaucoup originaires d'Allemagne et d'Espagne, doivent se recueillir ce jeudi 24, un an après la catastrophe, sur les lieux du drame, dans les Alpes-de-Haute-Provence, où l'avion avait été projeté au sol par son copilote. Arrivés en France par des vols affrétés par la Lufthansa -dont Germanwings est une filiale à bas coûts-, l'entourage des victimes doit assister, dans la matinée, aux cérémonies privées organisées par la compagnie aérienne allemande au Vernet, à proximité immédiate des lieux du drame.

La commémoration doit débuter par la lecture des prénoms des 149 victimes devant la stèle de pierre érigée peu après le drame, puis une minute de silence sera observée à 10h41 (09h41 GMT), l'heure exacte du crash. Suivront des allocutions des proches ainsi que des chants et des lectures avant un moment de recueillement et un dépôt de gerbe au cimetière du village, où des restes humains non identifiés ont été inhumés dans une tombe commune.

Pour respecter l'intimité des familles, une tente blanche a été dressée autour de la stèle et une autre autour de la tombe commune. Les corps identifiés avaient été rendus aux familles des victimes de 19 nationalités, l'Allemagne et l'Espagne ayant été les plus touchées avec respectivement 72 et 50 victimes -l'appareil devait relier Barcelone à Düsseldorf. Le crash de l'appareil avait fait en tout 150 victimes, y compris le copilote allemand Andreas Lubitz, dont la famille ne sera pas présente jeudi aux commémorations. Une seule victime a été enterrée au Vernet, Milad, un journaliste sportif iranien de 31 ans.

Jeudi et vendredi, les proches qui le souhaitent pourront également se rendre sur les lieux exacts de la catastrophe, à près de 1.500 mètres d’altitude. Selon le préfet des Alpes-de-Haute-Provence Bernard Guerin, 80 personnes doivent se rendre, en 4X4 puis à pied, dans le cirque montagneux non loin du col de Mariaud. Un chemin forestier, boueux et en partie enneigé, y conduit. En contrebas, il se poursuit par une piste construite pour permettre aux secours d'accéder au site du crash: une ravine entourée de montagnes noires escarpées. Planté dans le sol, un pieu de couleur rouge signale le point d'impact.

Mercredi, une jeune femme allemande accompagnée d'une amie s'y est déjà recueillie. Sa fille faisait partie du groupe de lycéens allemands qui avait pris place dans l'avion de retour d'un séjour en Espagne. Parties à pied de Prads Haute Bléone, la commune voisine du Vernet sur le territoire de laquelle le crash a eu lieu, elles ont marché six heures pour atteindre le site. Elles n'y retourneront pas jeudi, privilégiant le recueillement solitaire. "Au début, j'ai pensé que je ne prendrais plus jamais l'avion et puis...", dit simplement cette maman bouleversée qui veut taire son nom et celui de sa fille.

Le site même du crash a été "sanctuarisé" sur plusieurs hectares. Une barrière, exceptionnellement ouverte pour les familles a été érigée à l'entrée. Elle sera de nouveau fermée à leur départ, vendredi. Dès mercredi, plusieurs cérémonies avaient rassemblé des proches des victimes à Barcelone, Düsseldorf et Marseille. Des plaques commémoratives ont été dévoilées à Barcelone et Düsseldorf. Les cérémonies se sont poursuivies en fin de journée à Marseille, où une réunion interconfessionnelle a été organisée, dans l'intimité.

Le crash de l'avion de la Germanwings, avait provoqué la mort de 144 passagers et six membres d'équipage. L'enquête judiciaire en France, et celle du BEA avaient rapidement conduit à la mise en cause du copilote, qui souffrait de lourds problèmes psychologiques et qui avait profité de l'absence momentanée du pilote dans le cockpit pour commander la descente fatale une demi-heure après le décollage. Peu après, l'appareil s'écrasait sur le relief montagneux, se disloquant sous l'effet du choc.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Au total, 650 proches des victimes du crash de l'Airbus A320 de la GermanWings vont se recueillir ce jeudi sur les lieux du drame.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-