Créteil: un policier se donne la mort au commissariat avec son arme

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Créteil: un policier se donne la mort au commissariat avec son arme

Publié le 30/04/2018 à 07:15 - Mise à jour à 07:17
© PATRICK KOVARIK / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Samedi, un policier de 44 ans s'est tiré une balle dans la tête au commissariat de Créteil, dans le Val-de-Marne. Le fonctionnaire souffrait visiblement de dépression.

Il a été découvert samedi 28 par ses collègues. Un policier s'est donné la mort avec son arme de service dans les locaux de l'hôtel de police de Créteil dans le Val-de-Marne. Le fonctionnaire s'est tiré une balle dans la tête. Il avait 44 ans.

La victime était décrite comme un profil à risques. Revenant d'une longue période d'arrêt maladie et souffrant de dépression, le policier n'avait plus le droit de rentrer chez lui avec son arme de service et ne pouvait en prendre possession qu'à la remise du commissariat.

Le samedi fatal, le fonctionnaire qui était affecté à l'Unité de sécurisation intermodale (une unité déployée dans les transports en commun) s'est muni de son arme avant l'heure de sa prise de service puis est descendu dans les vestiaires situés dans le sous-sol du bâtiment. C'est là qu'il s'est donné la mort.

Aller plus loin: Accusé de pédophilie avec sa compagne institutrice, le policier se suicide en prison

Le quadragénaire gradé et père de deux petites filles, avait visiblement repris le travail depuis peu après son absence. Une enquête de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été ouverte pour faire la lumière sur les conditions précises de ce geste désespéré.

En 2017, 49 policiers et 16 gendarmes ont mis fin à leurs jours, faisant de cette année une période particulièrement meurtrière pour les fonctionnaires de police et les militaires.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le policier s'est tiré une balle dans la tête.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-