Culture du viol: 4 Français sur 10 pensent que la victime peut être en partie responsable

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Culture du viol: 4 Français sur 10 pensent que la victime peut être en partie responsable

Publié le 23/06/2019 à 16:25 - Mise à jour à 16:39
© BERTRAND GUAY / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Selon un sondage Ipsos dont les résultats viennent d'être connus, les principaux clichés sur les femmes violées continuent d'emporter l'adhésion d'une partie de l'opinion.

C'est un sondage aux résultants troublants: une étude menée par Ipsos sur les croyances des Français par rapport au viol pour l'association Mémoire traumatique montre que certains clichés ont la vie dure et concerne encore de nombreuses personnes.

Chiffre le plus accablant: 42% des sondés pensent qu'en cas de viol, la responsabilité du violeur est atténuée si la victime a eu une "attitude provocante". Et 30% pensent même que s'il n'y a pas de réaction de la part de la victime (si elle est par exemple victime de sidération) "ce n'est pas une violence sexuelle". Plus inquiétant encore, ces chiffres sont en augmentation par rapport à la dernière étude de ce type en 2016 (respectivement 40% et 27% à l'époque).

D'autres questions ont amené des réponses surprenantes, certes sur une minorité de sondés mais pour une proportion qui est loin d'être anecdotique. Ainsi, 18% continuent de penser "qu'une femme peut prendre du plaisir à être forcée" et 17% que quand les femmes disent "non" pour une relation sexuelle, "elles pensent oui". Maigre consolation: ces réponses "extrêmes" sont en légère baisse.

Lire aussi - "#MeToo": les Français davantage sensibilisés aux inégalités femmes/hommes

Des chiffres qui montrent donc que certains clichés ont la vie dure concernant les affaires de viols et une forme de responsabilité des victimes féminines. Des chiffres qui interpellent alors que se multiplient les affaires en lien avec #MeToo et les dénonciations des agressions sexuelles. Paradoxalement, 83% des sondés pensent que ce mouvement a eu un "effet positif" sur la libération de la parole des femmes. Pas sûr qu'il en soit autant sur la conviction des sondés.

Voir aussi:

Un an après #MeToo, les enquêtes pour infractions sexuelles en hausse de 13% 

Mouvement #MeToo en Corée du Sud: un ancien grand espoir de la politique incarcéré

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Malgré la vague #MeToo, les clichés de la culture du viol ont la vie dure.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-