Cyberharcèlement: après le boycott des marques sur "jeuxvideo.com", Webedia poursuit les trolls

Cyberharcèlement: après le boycott des marques sur "jeuxvideo.com", Webedia poursuit les trolls

Publié le 06/11/2017 à 11:19 - Mise à jour à 11:26
© SAUL LOEB / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le site jeuxvideo.com a été le théâtre d'un acharnement tel que le numéro "anti-relous" créé par deux militants féministes a été mis hors-service. Avec la journaliste Nadia Daam, ils ont aussi été victimes de cyberharcèlement au point que cette dernière a engagé des poursuites. Face au boycott des annonceurs, le détenteur du site va s'associer à la victime.

Le site Internet jeuxvideo.com a été le théâtre de vives insultes et d'un acharnement tel que le numéro "anti-relous", créé par deux militants féministes, a été fermé seulement trois jours après sa mise en place mardi 31 octobre. Dimanche 5 le groupe Webedia, propriétaire de la plateforme, a annoncé qu'il prendrait part aux poursuites pour "menace de crime contre les personnes", lancée par la journaliste Nadia Daam.

Après une chronique sur Europe 1, mardi 1er novembre, où elle dénonçait le sabotage du numéro destiné aux femmes harcelées, elle avait aussi été victime de cyberharcèlement sur Twitter. Elle avait alors annoncé qu'elle porterait plainte contre les anonymes qui l'insultaient et la harcelaient, qui se revendiquaient pour la plupart du forum "blabla 18-25" du site jeuxvideo.com.

Un hashtag avait ensuite été lancé, #balancetonforum, en soutien à la journaliste. Les utilisateurs de Twitter qui l'employaient espéraient ainsi que les entreprises qui avaient des encarts publicitaires sur le site le boycottent. L'initiative a porté ses fruits puisque la marque Barilla a annoncé dimanche son retrait de jeuxvideo.com.

Dans la foulée, Webedia a donc publié un communiqué dénonçant les "dérives intolérables par des utilisateurs mal intentionnés". "Je suis particulièrement touchée et concernée par les actes de haine actuels à l'encontre des actions contre les violences faites aux femmes et de leurs défenseurs", expliquait Véronique Morali la présidente du groupe de Webedia avant de préciser que l'entreprise s'associerait à la plainte de Nadia Daam.

Jusqu'ici, le président de jeuxvideo.com avait expliqué que les insultes et menaces étaient "simplement l'expression de cette jeunesse".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Près d'une semaine après la fermeture du numéro "anti-relous" à cause d'utilisateurs de jeuxvideo.com, Webedia s'associe aux poursuites contre les cyberharceleurs.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-