Dans le coma après avoir attendu pour visiter le château de Versailles

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Dans le coma après avoir attendu pour visiter le château de Versailles

Publié le 18/06/2018 à 14:42 - Mise à jour à 14:46
© LUDOVIC MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Une touriste australienne de 45 ans a fait un malaise dans la file d'attente pour visiter le château de Versailles samedi, et se trouve encore ce lundi entre la vie et la mort. Elle avait un arrêt cardiaque et les secours ont mis 20 minutes à relancer son cœur.

Une touriste australienne de 45 ans a fait un malaise samedi 16 alors qu'elle se trouvait dans la file d'attente pour visiter le château de Versailles.

Elle s'est écroulée vers midi et la sécurité du site touristique a immédiatement prévenu les secours, qui sont arrivés dix minutes plus tard. Les médecins du Samu ont constaté qu'elle était en arrêt cardio-respiratoire.

Ils l'ont décidé de tout tenter pour la ranimer sur place et ont réussi à faire repartir son cœur vingt minutes plus tard, avant de la transporter dans un état critique vers le centre hospitalier André-Mignot du Chesnay.

Lire aussi: un couple de touristes se tue en prenant un selfie du haut d'une corniche

Elle a été plongée dans le coma et se trouvait toujours ce lundi 18 au matin entre la vie et la mort.

La victime était en vacances en France avec sa famille pour un mois et venait de réserver une chambre dans l'hôtel Pullman à Paris-Bercy, selon Le Parisien.

Son mari et ses enfants, en état de choc, ont également été pris en charge par les secours.

Aucune information n'a été donnée sur les raisons de son malaise, ni si elle avait une pathologie qui puisse l'expliquer.

Mais la chaleur et les longues heures passées debout en plein soleil causent souvent de nombreux évanouissements au château de Versailles. Il est courant de devoir faire plus de deux heures de queue pour pouvoir visiter le site.

L'attente interminable et le soleil qui tapait samedi sur Versailles et l'Ile-de-France, même avant midi, ont donc pu aggraver la situation de cette touriste australienne.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Une Australienne de 45 ans a fait un malaise samedi alors qu'elle attendait pour visiter le château de Versailles. Elle se trouve entre la vie et la mort.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-