Décès d'Anne Bert: sa fille témoigne

Décès d'Anne Bert: sa fille témoigne

Publié le 18/10/2017 à 15:41 - Mise à jour à 16:02
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

La fille d'Anne Bert s'est confiée pour la toute première fois ce mercredi au micro de RTL, racontant les derniers moments de sa mère, euthanasiée en Belgique il y a près de trois semaines. Atteinte de la maladie de Charcot et âgée de 59 ans, la romancière était "parfaitement décidée à partir et complètement prête".

Elle était "parfaitement décidée à partir et complètement prête". C'est par ces mots que la fille d'Anne Bert a commencé à décrire les derniers moments de la vie de sa mère, atteinte de la maladie de Charcot et euthanasiée à sa demande début octobre en Belgique."C’était dur mais ce n’était pas lourd. C’était léger et triste. On était plein de chagrin de la voir partir mais elle n’avait pas peur de toute façon", a déclaré ce mercredi 18 Roxane Guichard au micro de RTL précisant que la seule crainte de sa mère était la souffrance de ses proches: "elle craignait la séparation, elle craignait que nous on souffre en restant".

Puis, la jeune femme a expliqué dans quelles conditions et dans quelle état d'esprit elle a quitté ce monde. "Elle nous a guidés quelque part, pourtant elle ne savait pas où elle allait. Mais elle ne doutait tellement pas qu’on ne pouvait pas avoir peur de la minute d’après. Cette minute où elle n’était plus là alors qu’elle était là la minute d’avant", a-t-elle confié soulignant qu'elle et son père était là au moment fatidique ainsi que quatre personnes du corps médical comme l'exige la loi belge.

Pour rappel, cette romancière française de 59 ans avait dû progressivement renoncer à ses activités sportives comme le vélo et la natation en raison de sa pathologie qui a progressivement paralysé ses bras, ses jambes puis le reste de son corps. Pour ne plus souffrir, elle avait donc pris la décision d'aller mourir en Belgique où l'euthanasie active est autorisée contrairement à la France.

Puis, afin de faire évoluer la législation sur le sujet, elle avait même interpellé les candidats à la présidentielle en mars dernier, appelant un grand débat public sur le thème de l'euthanasie. Car actuellement, la loi Leonetti prévoit seulement la possibilité pour une personne en fin de vie de demander une "sédation profonde et continue jusqu'à son décès" et non pas une injection létale qui conduit immédiatement à la mort.

Et cette question devrait être abordée très rapidement à en croire les propos de Jean-Luc Roméro, le président de l’Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD), cité par Sud-Ouest. "La ministre de la Santé m’a confirmé que la question de la fin de vie sera abordée dans la loi sur la bioéthique. Il faut cette loi de liberté", a-t-il déclaré il y a quelques jours à La Rochelle précisant que l'executif avait déjà évoqué le sujet à plusieurs reprises: "Il y a quelques mois, le président de la République s’est prononcé pour le droit à mourir dans la dignité. Le Premier ministre Edouard Philippe a dit avoir évolué sur la question et la ministre de la Santé a déclaré qu’elle comprenait Anne Bert".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Anne Bert a été euthanasiée en Belgique au début du mois d'octobre.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-