Dédommagé un million de livres sterling, un ex-détenu britannique de Guantanamo est devenu kamikaze pour Daech en Irak

Dédommagé un million de livres sterling, un ex-détenu britannique de Guantanamo est devenu kamikaze pour Daech en Irak

Publié le 22/02/2017 à 16:44 - Mise à jour à 17:14
Dossier image daech etat islamique djihadistes illustration
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un ancien sujet britannique, ex-détenu à Guantanamo a commis un attentat suicide en Irak après avoir été dédommagé d'un million de livres sterling par le gouvernement britannique.

Un djihadiste du groupe Etat islamique aurait commis un attentat suicide en faisant exploser sa voiture contre une base irakienne à Tal Gaysum, au sud-ouest de Mossoul, selon son frère cité ce mercredi 22 par The Times.

Cet homme, c'est Jamal al-Harith, un Britannique qui avait été détenu entre 2002 et 2004 au centre de détention américain de Guantanamo, a déclaré son frère Leon Jameson. "C'est lui, je reconnais son sourire. Si c'est vrai (qu'il a commis un attentat suicide, NDLR), j'ai perdu un frère", a-t-il déclaré au quotidien. Il fait référence à un document qui montre le kamikaze souriant, portant une tenue de camouflage et semblant assis dans un véhicule équipé de fils électriques et de commutateurs.

Un porte parole du gouvernement britannique a déclaré qu'il n'était pas en mesure de confirmer ces informations: "comme tous les services consulaires britanniques sont suspendus en Syrie et très limités en Irak, il est extrêmement difficile de confirmer la localisation et la situation des citoyens britanniques dans ces zones".

Pour revenir sur le parcours du présumé défunt, il s'agit du dénommé Ronald Fiddler devenu par la suite Jamal Udeen al-Harith, puis Abu-Zakariya al-Britania. Il a été enfermé dans la prison militaire américaine de Guantanamo, à Cuba, en 2002, après avoir été arrêté en Afghanistan en 2001 par l’armée américaine, explique la BBC. Après avoir effectué des voyages au Soudan et en Arabie saoudite dans les années 90, il s'est rendu au Pakistan, puis s'est fait enfermer par le régime des Talibans dans une prison de Kandahar.

Ronald Fiddler a été libéré de Guantanamo deux ans après y avoir été enfermé. Et selon le Daily mail, il doit sa libération à Tony Blair, Premier ministre britannique de l'époque. Une fois libéré, l'ex-détenu a poursuivi le gouvernement britannique devant la justice avec trois anciens détenus de Guantanamo. Arguant que le MI6, les services de renseignements de Sa Majesté, avaient participé aux mauvais traitements à Guantanamo, il aurait obtenu un accord pour une indemnisation à hauteur d'un million de livres (plus d'un million d'euros). L'homme a toujours clamé son innocence.

Parti en Syrie en 2014, sa femme est allée là-bas pour le convaincre, dit-elle, de rentrer au Royaume-Uni.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le kamikaze a été reconnu par son frère après avoir visualisé une photo, le gouvernement britannique n'a pas encore confirmé l'information.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-