Des hommes encagoulés et armés agressent des automobilistes dans le Gard et l'Hérault

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Des hommes encagoulés et armés agressent des automobilistes dans le Gard et l'Hérault

Publié le 17/07/2017 à 16:42 - Mise à jour à 16:52
© SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Des automobilistes ont eu la frayeur de leur vie dimanche alors qu'ils roulaient sur des routes du Gard ou de l'Hérault. Un groupe de malfaiteurs encagoulés à bord d'une voiture volée forçaient les conducteurs à s'arrêter afin de leur voler leurs objets de valeur.

Certains automobilistes des routes du Gard et de l'Hérault ont certainement eu la peur de leur vie dimanche 16 alors qu'il conduisaient. En effet, un groupe de malfaiteurs avait choisi les alentours de La Grande-Motte, du Grau-du-Roi, d'Estézargues et de l'A9, entre le péage de Remoulins et Avignon, pour voler des conducteurs et leurs passagers, choisis au hasard.

Encagoulés, les malfrats forçaient les voyageurs à s'arrêter en leur faisant des queues de poisson ou en les percutant volontairement alors qu'ils étaient à bord de leur Renault Captur volée. Une fois le véhicule de leurs victimes arrêté, ils les menaçaient avec leurs armes et les obligeaient à leur donner leurs portables, sacs à main, argent liquide ou cartes bleue ainsi que d'autres affaires de valeur.

Toutes les victimes ont finalement identifié la voiture utilisée. Les gendarmes ont même pris en chasse le véhicule sur l'autoroute A9 dans l'après-midi de dimanche mais n'ont pas réussi à appréhender les agresseurs. La voiture volée a finalement été retrouvée abandonnée à Beaucaire. Les malfrats avaient pris soin d'incendier le véhicule avant de s'enfuir. Une enquête a été ouverte pour les retrouver.

Un fait divers qui n'est pas sans rappeler celui vécu par une famille qui l'été dernier détroussait aussi les automobilistes, dans la Drôme cette fois. Un couple d'irlandais et leurs enfants volaient les usagers des aires de repos de l'A7. Ils avaient finalement été arrêtés par les gendarmes, mobilisés pour quadriller la zone de Valence où les pirates de la route avaient commis leurs méfaits, avec 2.000 euros en liquide.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les gendarmes étaient toujours ce lundi à la recherche des malfrats.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-