Des policiers en colère manifestent leur soutien à l'un de leur leader, entendu par l'IGPN

Des policiers en colère manifestent leur soutien à l'un de leur leader, entendu par l'IGPN

Publié le 04/11/2016 à 07:28 - Mise à jour à 07:29
©Bertrand Guay/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Plusieurs centaines de policiers ont manifesté jeudi devant le siège de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) à Paris, la redoutée "police des polices", où a été entendu plusieurs heures un leader des manifestations policières qui durent depuis près de trois semaines, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Arborant pour certains des masques à l'effigie du meneur ou des écharpes pour dissimuler partiellement leur visage, les manifestants ont acclamé Guillaume Lebeau qui s'est dit "ému" à son arrivée, entonnant ensuite une Marseillaise. "On est venu apporter notre soutien à Guillaume qui, parce qu'il a parlé devant les caméras, est susceptible d'être sanctionné", a expliqué une policière de 36 ans, qui a refusé de donner son nom.

Selon une source policière, Guillaume Lebeau était convoqué non pas pour avoir manifesté mais pour son "comportement" pendant ces manifestations. Il avait déjà été reçu à ce sujet par le préfet de police et mis en garde, mais n'ayant pas tenu compte de cet avertissement, le préfet a demandé à ce qu'il soit convoqué à l'IGPN. Il s'agit, selon cette même source, d'un "cas isolé et particulier", l'IGPN ne faisant "pas de zèle" pour auditionner les "meneurs" du mouvement.

A sa sortie au bout de six heures d'audition par la "police des polices", Guillaume Lebeau a déclaré aux journalistes, après avoir salué la vingtaine de manifestants encore présents, ne pas avoir "eu de pression particulière". On lui a reproché "un manquement à la déontologie, de m'être exprimé en public et d'avoir dénoncé les problèmes auxquels on est tous confrontés dans la police", a-t-il ajouté. "A l'heure actuelle, je ne sais pas si je vais être sanctionné", a-t-il déclaré, précisant avoir été informé qu'une sanction peut aller "de l'avertissement jusqu'à la révocation" et qu'aucun délai sur la décision ne lui a été communiqué.

Dans ce cas de figure, il appartient à l'IGPN de proposer une éventuelle sanction, mais c'est le préfet de police qui a le dernier mot. Une quarantaine de policiers en civil se rassemblent devant la salle Wagram à Paris, pour tenter d'interpeller les candidats à la primaire de la droite après le deuxième débat télévisé, le 3 novembre 2016 Dans la soirée, une quarantaine de policiers en civil étaient rassemblés devant la salle Wagram à Paris, pour tenter d'interpeller les candidats à la primaire de la droite après le deuxième débat télévisé, a constaté un photographe de l'AFP. Une policière a notamment pu échanger quelques mots avec Alain Juppé.

A Rennes, près de 200 agents tenant des pancartes "policiers en colère" ont manifesté dans la soirée devant le commissariat. En déplacement à Marseille, Bernard Cazeneuve a demandé jeudi aux policiers de "s'exprimer librement", mais sans "remettre en cause les règles", rappelant notamment qu'il leur était interdit d'utiliser les véhicules de police dans des manifestations.

"Je suis aussi très attaché à ce que chacun exprime ce qu'il a à exprimer librement, sans qu'à aucun moment, les règles qui doivent régir la police ne soient remises en cause", a déclaré le ministre de l'Intérieur.

Consigne a été donnée aux préfets et directeurs départementaux de recevoir des délégations de manifestants afin qu'ils fassent part de leurs doléances, mais aussi pour repréciser et détailler les mesures décidées par le ministre de l'Intérieur (plan de 250 millions d'euros notamment) "dans la concertation et avec le souci de l'écoute", selon des sources policières.

Selon ces mêmes sources, le préfet de police a également rappelé que les policiers ne peuvent manifester que "hors service, hors usage des véhicules de police et de (sirènes) deux-tons".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Plusieurs centaines de policiers ont manifesté jeudi devant le siège de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) à Paris, la redoutée "police des polices" (image d'illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-