Deuil-la-Barre: l'ado ouvre la bouche à incendie, les parents doivent payer la (grosse) facture

Deuil-la-Barre: l'ado ouvre la bouche à incendie, les parents doivent payer la (grosse) facture

Publié le 18/05/2018 à 20:10 - Mise à jour à 20:19
©Twitter
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

A Deuil-la-Barre dans le Val-d'Oise, les parents d'un adolescent qui a ouvert sans raison une borne à incendie ont reçu la facture du préjudice, adressée par la mairie. Et la note est plutôt salée.

L'adolescent a cédé au "street pooling", une pratique consistant à ouvrir les bouches à incendie, notamment en cas de fortes chaleurs. Le Parisien rapporte jeudi 17 le cas d'un garçon de 15 ans ayant volontairement ouvert une bouche à incendie dans la commune de Deuil-la-Barre dans le département du Val-d'Oise.

Les faits remontent au 8 mai, jour férié. Le jeune garçon a forcé la bouche ce qui a entraîné une expulsion brutale de l'eau à une hauteur de huit mètres.

L'adolescent a rapidement été repéré grâce aux caméras de vidéosurveillance installées sur la commune. Arrêté, il a été placé en garde à vue dans le cadre d'une procédure pour vol et dégradation. Devant l'évidence, il a reconnu les faits. Il a été relâché et ne sera pas poursuivi, mais ses parents devront régler la facture. Et elle est particulièrement lourde.

Lire aussi - Lille: quatre adolescents arrêtés après un incendie à l'Eurallille

La famille a eu la désagréable surprise de recevoir en effet une facture de 2.000 euros adressée par la mairie de Deuil-la-Barre pour couverture du préjudice. Interrogée par le journal, la mairie confirme qu'il s'agit bien du montant de ce qui a été gaspillée par le jeune homme. Soit, concrètement, 45 mètres cubes d'eau projetés hors de la borne, mais aussi les dommages causés à la borne ainsi que le coût de l'intervention des services techniques pour que les choses rentrent dans l'ordre.

Les communes de la région parisienne font face à la multiplication de ce type d'incivilités en cas de températures estivales. Lors de l'été 2017, la ville d'Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) avait frappé fort en infligeant des amendes de 9.000 euros à trois personnes ayant cédé à la tentation du "street pooling".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'adolescent a ouvert la bouche à incendie (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-