Deux rappeurs condamnés pour avoir insulté la police et le FN

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Deux rappeurs condamnés pour avoir insulté la police et le FN

Publié le 04/11/2016 à 12:54
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

La Cour d'appel de Bordeaux a condamné ce vendredi deux rappeurs charentais à deux mois de prison avec sursis et un travail d'intérêt général pour "apologie de crime" et "provocation" après avoir diffusé des clips insultants à l'égard de la police et de Marine Le Pen. Début mars, le tribunal correctionnel avait déjà condamné les deux hommes à 500 euros d'amende avec sursis et un stage de citoyenneté pour "apologie de crime" envers la police.

La Cour d'appel de Bordeaux a alourdi la peine de deux rappeurs charentais, les condamnant à deux mois de prison avec sursis et un travail d'intérêt général pour "apologie de crime" et "provocation" après avoir diffusé deux clips insultants à l'égard de la police et Marine Le Pen. Sous le nom de Poposte et Rémy, les rappeurs amateurs avaient publié sur internet début 2015 deux vidéos. Dans l'une d'elles, ils chantaient avoir "toujours le sourire quand un flic crève", qualifiant les policiers de "porcs". Dans la seconde chanson, ils demandaient à voir la tête de Marine Le Pen "découpée, rangée dans un sac".

Le tribunal correctionnel d'Angoulême avait condamné début mars les deux hommes, âgés alors de 25 et 19 ans, à 500 euros d'amende avec sursis et un stage de citoyenneté pour "apologie de crime" envers la police, prise pour cible dans leurs clips vidéos. Ils avaient en revanche été relaxés pour les faits de "provocation de crime" non suivie d'effets à l'encontre de la présidente du Front national Marine Le Pen, également visée dans les paroles d'une de leurs chansons. Le procureur d'Angoulême avait fait appel de cette décision, ainsi que les deux prévenus et Marine Le Pen.

La cour d'appel de Bordeaux, considérant "que les deux infractions étaient constituées", a condamné mercredi les deux jeunes "à 2 mois d'emprisonnement avec sursis assorti de l'obligation d'accomplir un travail d'intérêt général de 140h dans un délai de 18 mois".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Pour la cour d'appel de Bordeaux, "les deux infractions étaient constituées".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-