Dijon: des militants anti-OGM détruisent une nouvelle parcelle de colza

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Dijon: des militants anti-OGM détruisent une nouvelle parcelle de colza

Publié le 13/01/2017 à 14:30 - Mise à jour à 14:31
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Des plants de colza considérés comme des OGM cachés par des militants anti-OGM ont été détruits ce vendredi matin, près de Dijon. Et ce n'est pas leur premier fait d'arme.

Des militants anti-OGM ont détruit ce vendredi 13 matin une parcelle expérimentale de colza près de Dijon, considérant ces plants comme des OGM "cachés", a-t-on appris auprès d'eux et de Dijon Céréales, propriétaire du champ.

Les militants ont détruit des petits plants de colza "contenant des variétés rendues tolérantes à des herbicides, issues de mutagenèse" sur la commune de Messigny, indiquent-ils dans un communiqué. Fin novembre, ils avaient déjà détruit deux parcelles similaires dans le département.

Le Groupe Dijon Céréales, principal acteur des métiers du grain dans la région, confirme qu'une de ses parcelles a bien été détruite. Et estime que "les champs ciblés ne sont pas du tout porteurs d'OGM": il s'agit de mutagenèse effectué naturellement, insiste une porte-parole.

La mutagenèse consiste à modifier les propres gènes d'une plante, contrairement à la transgénèse qui introduit un gène extérieur et produit des OGM (organismes génétiquement modifiés), qui sont soumis à une réglementation particulière.

Les semences de plantes obtenues par mutagenèse, en général pour les rendre tolérantes aux herbicides, concernent en France essentiellement le colza et le tournesol.

Neuf associations ont saisi le Conseil d'État sur le sujet, contestant la légalité d'un article du Code de l'Environnement qui exclut les organismes obtenus par mutagenèse du champ de la réglementation sur les OGM.

Mais le Conseil d'État a décidé début octobre de surseoir à statuer, préférant interroger d'abord la Cour de justice européenne.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




C'est le troisième champ de colza attaqué depuis novembre.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-