Dijon: un gendarme de 32 ans s'est donné la mort

Dijon: un gendarme de 32 ans s'est donné la mort

Publié le 23/05/2018 à 12:51 - Mise à jour à 12:54
© JACQUES DEMARTHON / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un gendarme de 32 ans, père de famille, s'est donné la mort dimanche à Dijon. Le militaire était affecté au Peloton spécialisé de protection de la Gendarmerie. Il s'est suicidé dans son logement de fonction.

Lionel Guigon, 32 ans, s'est donné la mort dimanche 20 mai à Dijon. Ce gendarme trentenaire était marié et père de deux enfants. Il faisait partie du Peloton spécialisé de protection de la Gendarmerie (PSPG), chargé de la surveillance et de la protection des installations nucléaires.

Le militaire s'est suicidé entre 12h30 et 13h dimanche à l'intérieur même de son logement de fonction de la caserne Deflandre, selon le Bien Public. Très peu d'informations ont filtré sur les circonstances de sa mort.

A-t-il utilisé son arme de service pour mettre fin à ses jours? Comment son corps a-t-il été découvert? Est-ce que quelqu'un était présent dans la maison quand le drame s'est produit? Autant de questions sans réponse auxquelles l'enquête, qui a été confiée conjointement à la section de recherches et la brigade de recherches de Dijon, devra répondre.

Lire aussi: Créteil - un policier se donne la mort au commissariat avec son arme

Depuis le début de l'année 2018, plusieurs suicides ou tentatives de suicides ont eu lieu dans la gendarmerie.

Quelques jours avec la disparition de Lionel Guigon, un gendarme s'était également donné la mort dans la Sarthe. Un militaire du peloton motorisé de Cerans-Foulletourte s'est en effet suicidé le mercredi 16 mai. Il était aussi père de famille. Et les raisons qui l'ont poussée à commettre un tel geste sont inconnues.

Mi-mars, avant les tragiques disparitions de ces deux gendarmes, le nombre de suicides dans ce corps des forces de l'ordre était déjà de sept depuis le début de l'année. Selon le journal L'Essor de la gendarmerie nationale, il y avait également eu 15 tentatives de suicide.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un gendarme de 32 ans, père de famille, s'est donné la mort ce week-end dans son logement de fonction à Dijon.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-