Disparition de la petite Maëlys: le spectre d'un enfant jamais retrouvé, un cas loin d'être inédit

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Disparition de la petite Maëlys: le spectre d'un enfant jamais retrouvé, un cas loin d'être inédit

Publié le 13/10/2017 à 15:04 - Mise à jour à 16:21
©Capture d'écran Twitter/ @Gendarmerie
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Sept semaines après sa disparition, il n'y a toujours aucune nouvelle de la petite Maëlys de Araujo qui s'est volatilisée sur le parking de la salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin en Isère. Malgré la médiatisation de l'affaire, des cas d'enfants disparus rythment régulièrement l'actualité, dans des proportions souvent insoupçonnées.

Dimanche 15, cela fera sept semaines que la petite Maëlys de Araujo s'est volatilisée. Depuis, des recherches massives ont été entreprises et une médiatisation constante a entouré l'affaire. Sans aucun résultat. Pas de trace de l'enfant. Et le seul suspect, Nordahl Lelandais, 34 ans et actuellement incarcéré, nie toute implication (et reste présumé innocent). Si dans la ville de Pont-de-Beauvoisin, la vie reprend peu à peu son cours, l'affiche de la petite fille reste présente sur de nombreux commerces. Avec en filigrane, dans l'esprit des habitants, une peur: celle que l'on ne retrouve jamais l'enfant.

La disparition d'un enfant n'est –hélas- pas une chose rare. Le chiffre "brut" des disparitions est même vertigineux: selon l’association Centre français de protection de l’enfance (CFPE)-Enfants disparus, cinq enfants sont portés disparus toutes les heures en France et 49.347 cas de mineurs disparus ont été enregistrés par les autorités en 2016. Sur ce nombre, 48.156, soit l'écrasante majorité, sont considérés comme des fugueurs (ce qui n'est pas le cas de la petite Maëlys), dont les deux tiers sont retrouvés dans les trois mois (et souvent dans les touts premiers jours).

Mais, toujours selon l'association, lorsque l'on retire les fugues et les cas d'enlèvements par un parent, reste 687 cas de disparitions dites "inquiétantes" où l'on n'a aucune idée de l'endroit où est l'enfant et seulement des hypothèses sur ce qui a pu lui arriver. Avec quelques cas restés tristement célèbres.

C'est principalement l'affaire de la petite Estelle Mouzin qui revient le plus fréquemment. Même âge que Maëlys (neuf ans), la fillette a disparu en rentrant à pied de Guermantes en Seine-et-Marne le 9 janvier 2003. Aucune piste sérieuse n'a jamais été découverte dans une enquête encore plus vaste que celle de Maëlys: pas moins de 150 personnes ont ainsi été placées en garde à vue (contre deux pour Maëlys) sans succès.

D'autres affaires sont beaucoup plus anciennes encore. En 1977, le petit Yves Bert, six ans, sort de l'école à Lyon avec une camarade qui lâche sa main pour rejoindre sa mère. L'enfant se retrouvera seul brièvement. Il ne reparaîtra jamais. En 1978, les parents reçoivent un courrier d'un couple de ravisseurs autoproclamés expliquant avoir pris l'enfant, frustré de ne pouvoir en avoir eux-mêmes. Les ravisseurs présumés donnent un rendez-vous à une cabine téléphonique pour dévoiler lors d'un appel où se trouve l'enfant. Le téléphone ne sonnera jamais.

D'autres affaires se dénouent tardivement. Parfois de manière "heureuse" (on peut citer le cas notable en Autriche de Natascha Kampusch séquestrée pendant huit ans). Mais plus rarement par une funeste découverte. En 2013, des ossements sont découverts dans la mer au large d'Antibes. Des analyses ont montré qu'un humérus appartient à Stéphane Hirson, 17 ans, disparu en 1994 en allant à la gare de Meaux (Seine-et-Marne). Les autres restes sont issus d'autres corps. Sur un crâne, qui n'appartient pas au jeune homme, l'inscription "mort aux pédophiles" était écrite. De nouvelles analyses effectuées un mois plus tard ont finalement conclu qu'aucun ossement n'appartenait au jeune homme. Depuis, l'enquête piétine.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Malgré sa médiatisation, le cas de Maëlys n'est pas inédit.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-