Disparition de Maëlys: le parquet accuse la gendarmerie de fuites dans la presse, son patron riposte

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Disparition de Maëlys: le parquet accuse la gendarmerie de fuites dans la presse, son patron riposte

Publié le 24/10/2017 à 16:57 - Mise à jour à 17:07
© Eric FEFERBERG / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le procureur de Grenoble a estimé ce mardi que les fuites dans la presse concernant l'affaire Maëlys pouvait nuire à l'enquête. Il a particulièrement ciblé les services de la gendarmerie, ce qui a provoqué la colère de son directeur.

Le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, a fait part de sa colère ce mardi 24. La cible de l'ire du magistrat? Les multiples fuites dans la presse au sujet de l'affaire Maëlys qui pourrait avoir de graves conséquences sur l'enquête pour tenter de retrouver la petite fille, disparue à Pont-de-Beauvoisin (Isère) fin août.

"J'ai ouvert vendredi dernier une enquête préliminaire pour violation du secret de l'enquête et de l'instruction, confiée à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et à la Direction interrégionale de police judiciaire de Lyon (DIPJ)", a fait savoir le procureur lors d'une conférence de presse.

Et de préciser que cette procédure est "assez rare" et "c'est la première fois qu'une enquête n'est pas confiée à l'inspection du service en question". "Si les auteurs sont identifiés, il y aura des sanctions", a-t-il averti. En effet, le procureur a fait savoir qu'il était excédé de "voir tous les jours dans la presse tous les détails de l'enquête, y compris ceux que le parquet ne connaît pas, des choses qui n'ont pas à être connues" et nuisent au bon déroulement des investigations. Des fuites qui auraient lieu "au niveau local et parisien" dans les services de police et de gendarmerie.

Les accusations du procureur ont fait bondir le patron de la gendarmerie, le général Richard Lizurey. "Je juge scandaleuses ces accusations péremptoires de la part d'un magistrat", a déclaré le directeur général de la gendarmerie (DGGN), "on est déjà condamné avant même qu'il y ait enquête".

Déjà vendredi 20, le magistrat avait fait par de son "exaspération" après la fuite dans la presse de l'existence d'une photographie montrant une silhouette blanche de petite taille sur le siège passager de la voiture du suspect.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le patron de la gendarmerie, le général Richard Lizurey, a défendu ses services d'être à l'origine des fuites dans l'affaire Maëlys.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-