Disparition de Maëlys: les proches de la fillette ont organisé un lâcher de ballons pour son anniversaire

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Disparition de Maëlys: les proches de la fillette ont organisé un lâcher de ballons pour son anniversaire

Publié le 04/11/2017 à 16:44 - Mise à jour à 16:47
©Philippe Desmazes/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Dimanche, la petite Maëlys de Arujo, qui a disparu depuis plus de deux mois, aura neuf ans. Alors que l'enquête piétine, et que Nordahl Lelandais -le principal suspect- reste muet, la famille de la fillette a choisi ce jour-là pour organiser un lâcher de ballons.

Dimanche 5 novembre, Maëlys de Arujo devait fêter son neuvième anniversaire. Toujours sans nouvelle de la petite fille, disparue depuis plus de deux mois au cours d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin (en Isère), sa famille a décidé d'organiser un lâcher de ballons à la mi-temps d'un match de football, à Abrets-en-Dauphiné. Selon Le Dauphiné Libéré, ce geste symbolique, cet hommage qui indique que ses proches ont toujours l'espoir de la retrouver, devrait avoir lieu vers 10h30.

Du côté de l'enquête, c'est le statu quo. Les forces de l'ordre avaient pensé pouvoir avancer après la découverte d'une image de vidéosurveillance de la voiture de Nordahl Lelandais, le principal suspect, la nuit des faits, entre le 26 et 27 août dernier. On pouvait y distinguer une forme blanche sur le siège passager, aux côtés de Nordahl L. Blanche comme la couleur de la robe que portait l'enfant au mariage. Ce qui pouvait constituer un nouvel élément à charge, après la trace ADN retrouvée à l'intérieur du véhicule.

Mais une énième audition du suspect, qui est toujours en détention provisoire suite à sa mise en examen -pour enlèvement et séquestration, n'a finalement rien donné. Il se borne à nier toute implication dans la disparition de la petite Maëlys. Et les supplications des parents de la fillette, qui lui demandent de dire ce qu'il sait, n'y changent rien.

Les gendarmes ont passé la région au peigne fin, sondant de nombreux points d'eau à la recherche d'un éventuel corps, mais toujours rien. Maëlys est introuvable.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Deux mois après la disparition de la fillette, la famille de Maëlys va passer la journée de ses 9 ans sans elle.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-