Disparition de Mathis: le père de l'enfant oscille entre silence et provocations

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Disparition de Mathis: le père de l'enfant oscille entre silence et provocations

Publié le 03/06/2015 à 13:40 - Mise à jour à 13:48
©Capture d'écran francetvinfo
PARTAGER :

Auteur(s): MM

-A +A

Plus le procès de Sylvain Jouanneau avance, plus ce dernier se mure dans le silence ou provoque la cour. Il doit répondre de la disparition de son fils Mathis en 2011, la justice le soupçonnant de l'avoir enlevé et de le séquestrer.

Ce mercredi matin, c'est le poing levé et serré que le père de Mathis est entré dans la salle du tribunal de Caen où se déroule son procès, devant la cour d'assises du Calvados. Sylvain Jouanneau doit répondre de la disparation en 2011 de son fils Mathis alors âgé de huit ans. La justice le soupçonne "d'enlèvement et de séquestration d'enfant". Il encourt 30 de réclusion criminelle.

"Ce n'est pas un geste de provocation. C'est juste un geste synonyme de combat comme peuvent le faire certains sportifs", a-t-il répondu à la présidente de la cour, qui lui demandait des explications pour ce geste provocateur effectué avant l'audience.

Etant donné "la forte médiatisation", "plutôt que de montrer quelqu'un qui s'écroule, si des personnes doivent avoir une image de moi je préfère qu'elles voient quelqu'un de combatif", a ajouté Sylvain Jouanneau. 

Malgré les demandes répétées des proches de Mathis, épuisés, et celles des magistrats, il se contente de dire qu'il a confié Mathis à des tiers à l'étranger et refuse d'en dire plus afin, selon lui, de "protéger" ces tiers. Dans un brouillon de lettre retrouvé sur son ordinateur et lu mercredi à l'audience, Sylvain Jouanneau affirme que son fils est "sous protection de ses frères musulmans".

Une thèse qui ne semble pas convaincre l'accusation et les parties civiles, qui craignent de plus en plus que le jeune garçon ait été assassiné par son père, qui a fait de nombreux séjours en hôpital psychiatrique depuis vingt ans -bien que celui-ci ait expliqué au cours de l'audience qu'il "est incapable de faire du mal à son fils".

Une arrogance et un mutisme qui exaspère l'avocat général Pascal Chaux. "Plusieurs fois lors de l'instruction, vous avez dit que vous feriez des révélations. Nous y sommes, alors parlez", s'est-il emporté en fin d'audience mardi 2. Sans plus de réponses de la part de l'accusé. Le verdict sera rendu jeudi ou vendredi.

 

Auteur(s): MM


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Sylvain Jouanneau, le père de petit Mathis, refuse toujours de dire où se trouve l'enfant.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-