Disparues de l'Yonne: quatre squelettes retrouvés à Gurgy, des victimes d'Emile Louis?

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Disparues de l'Yonne: quatre squelettes retrouvés à Gurgy, des victimes d'Emile Louis?

Publié le 08/06/2017 à 19:14 - Mise à jour à 20:53
©Photo AFP/Martin Bureau
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Des ossements pouvant appartenir à des victimes d'Emile Louis, tueur en série décédé en détention en 2013, ont été retrouvés cette semaine à Gurgy.

Christine Marlot, Chantal Gras, Bernadette Lemoine, Françoise Lemoine et Martine Renault. Ces noms sont ceux des disparues de l'Yonne dont les corps n'ont pas encore été retrouvés. La découverte de quatre squelettes, cette semaine, à Gurgy sur les bords de l'Yonne et au nord d'Auxerre, pourrait cependant bien relancer l'enquête dans cette affaire, selon une information publiée ce jeudi 8 par Le Parisien.

C'est Pierre Monnoir, président de l'association des disparues de l'Yonne, qui a déclaré que des ossements avaient été découverts à une cinquantaine de centimètres de profondeur, lors de travaux de terrassement pour un parking. Ils ont été confiés à l'Institut de recherches criminelles de la gendarmerie nationale pour être datés mais il faudra attendre plusieurs semaines avant de connaître les résultats de ces analyses.

S'agit-t-il de victimes d'Emile Louis, tueur en série qui avait avoué avoir tué sept jeunes filles handicapées dans les années 70? Pierre Monnoir pense que cela est possible. "On ne peut pas s'empêcher de faire un lien éventuel avec les disparues de l'Yonne. Dans cette affaire, il nous manque cinq corps. Des familles attendent toujours de donner une sépulture aux victimes du tueur Emile Louis" a-t-il déclaré.

De son côté, la procureure de la République d'Auxerre, Sophie Macquart-Moulin, a tenu à atténuer le possible emballement médiatique autour de cette macabre découverte. "Il faut savoir raison garder" a-t-elle modéré. Expliquant que ces "ossements pouvaient être très très anciens". "Il peut s'agir d'un ancien cimetière" a-t-elle aussi dit.

Pour rappel, Emile Louis -mort en détention en 2013 à l'âge de 79 ans- avait été condamné en 2006 à la réclusion criminelle à perpétuité pour viols et assassinats sur sept jeunes femmes entre 1975 et 1979. Au début des années 2000, il avait donné des indications pour retrouver les corps de deux de ses victimes, Weiss et Madeleine Dejust, près de l'endroit où il venait pêcher. Mais aucune trace des cinq autres: Christine Marlot, Chantal Gras, Bernadette Lemoine, Françoise Lemoine et Martine Renault. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :


Emile Louis, tueur en série, qui avait reconnu les meurtres de sept jeunes femmes -les disparues de l'Yonne- est mort en détention en 2013 à l'âge de 79 ans.

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-