Dix islamistes détenus à Fleury-Mérogis, et en train de "structurer" un mouvement, ont été dispersés dans d'autres prisons

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Dix islamistes détenus à Fleury-Mérogis, et en train de "structurer" un mouvement, ont été dispersés dans d'autres prisons

Publié le 24/08/2016 à 08:02
©Eric Feferberg / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Une dizaine de détenus liés à l'islamisme radical ont été transférés de Fleury-Mérogis vers d'autres centres de détention. Ils étaient en train de structurer un mouvement de protestation, avec des craintes de prosélytisme.

"Une dizaine" de détenus liés à l'islam radical et soupçonnés de vouloir "structurer" des mouvements de protestation en détention ont été retirés de la prison de Fleury-Mérogis pour être dispersés dans d'autres établissements, a-t-on appris mardi de source pénitentiaire.

Cette source confirmait en partie des informations du Journal du dimanche et du Parisien.

Selon elle, ces détenus radicalisés ou en voie de radicalisation violente ont tenté de "structurer" des mouvements de protestation, liés en partie aux conditions difficiles de détention à Fleury-Mérogis.

Le 1er août en particulier, plus d'une centaine de détenus avaient temporairement refusé de regagner leurs cellules, selon une information diffusée par des syndicats pénitentiaires.

Leur dispersion dans plusieurs autres établissements pénitentiaires répond selon la source à des instructions données début août aux directeurs de prison, qui doivent identifier les "meneurs" et "tuer dans l'oeuf" toute tentative de récupération du mécontentement des détenus à des fins de prosélytisme.

La source a fait savoir que le mouvement à Fleury-Mérogis, s'il était d'une "ampleur particulière", ne pouvait pas pour autant être assimilé à l'émergence d'une mutinerie.

Dans cet établissement pénitentiaire, le plus grand d'Europe, comme dans toutes les prisons françaises, toutes surpeuplées ou presque, l'été est une période particulièrement tendue, en raison d'effectifs plus réduits de surveillants.

C'est à Fleury-Mérogis qu'est détenu, à l'isolement, Salah Abdeslam, seul membre encore vivant du commando des attentats du 13 novembre.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Salah Abdeslam est détenu à Fleury-Mérogis.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-