Dordogne: un enseignant tente de mettre fin à ses jours en classe

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Dordogne: un enseignant tente de mettre fin à ses jours en classe

Publié le 05/12/2017 à 16:52 - Mise à jour à 17:06
©Gelebart/20Minutes/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un professeur de technologie du collège de La Boétie à Sarlat, en Dordogne, a tenté ce mardi de se suicider en se tailladant les veines en classe. Il a été transporté en urgence à l'hôpital mais ses jours ne seraient pas en danger. Les élèves, sous le choc mais non présents au moment des faits, ont été pris en charge par une cellule psychologique.

Les adolescents sont sous le choc. Ce mardi 5, en fin de matinée, un professeur de technologie, qui travaille dans le collège de La Boétie à Sarlat, en Dordogne (Nouvelle-Aquitaine), a tenté de mettre fin à ses jours alors qu'il se trouvait seul dans sa salle de classe.

Selon France Bleu Périgord, qui rapporte les faits, il aurait tenté de se suicider en se tailladant les veines. Mais a échoué dans sa macabre entreprise. Il a tout de même été emmené en urgence à l'hôpital de Sarlat, par les pompiers qui sont rapidement arrivés à l'établissement scolaire. La direction de l'académie a expliqué que "ses jours ne seraient pas en danger".

Si ses élèves n'ont pas assisté à la scène, ils ont tout de même été choqués. Les cours ont été interrompus et les autres enseignants se sont occupés d'eux le temps que soit mise en place une cellule psychologique.

Voir aussi: un forcené tire sur deux gendarmes puis se suicide

Les collègues de ce professeur ainsi que les autres membres du personnel du collège ont aussi eu accès à ce soutien psychologique.

Les parents d'élèves ont été prévenus par SMS et ceux qui ont pu sont venus chercher leurs enfants.

Un comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) extraordinaire doit se tenir mercredi 6 à la direction de l'académie à Périgueux pour éclaircir les circonstances qui ont mené cet homme à commettre ce geste.

Mais selon le syndicat des enseignants, ce professeur de technologie semblait "en conflit avec son administration"

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


C'est un professeur de technologie qui a voulu mettre fin à ses jours devant ses élèves, à Sarlat en Dordogne, à cause d'un conflit avec son administration.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-