Dordogne: un salarié de E.Leclerc licencié pour avoir mangé une banane

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Dordogne: un salarié de E.Leclerc licencié pour avoir mangé une banane

Publié le 31/10/2017 à 10:55 - Mise à jour à 11:08
© PATRICK KOVARIK / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le cas d'un ex-salarié de Leclerc a été examiné lundi par le conseil des prud'hommes de Périgueux (Dordogne). Licencié fin 2016 pour faute grave, il est soupçonné d'avoir volé une banane dans la réserve du magasin et de l'avoir mangée sur place.

Il s'est fait licencié du jour au lendemain. En 2016, un salarié de l'enseigne de grande distribution E.Leclerc, soupçonné d'avoir volé une banane dans la réserve du magasin et de l'avoir mangée sur place, a été licencié pour faute grave. Deux infractions, selon le règlement intérieur, qui justifient un licenciement. Seulement voilà: en désaccord avec cette décision, le jeune homme nommé Rafaël Beauvieux a rapidement contesté et son cas a donc été examiné lundi 30 par le conseil des prud'hommes de Périgueux (Dordogne).

Lors de l'audience, l'ex-salarié du supermarché, qui a désormais intégré l'armée de terre, a expliqué n'avoir pas compris la raison de son licenciement et ne semble toujours pas avoir digéré la façon dont il a été traité. "Je me suis retrouvé au chômage du jour au lendemain en fin d'année. Je faisais très bien mon travail, je n'avais eu aucun reproche de la part de mon chef et aucune sanction. Je ne comprends pas du tout", a-t-il notamment confié au micro de France Info.

Mais pour la direction, ces erreurs ne sont ni pardonnables ni excusables. "C'est une question de principe. A partir du moment où il y a un règlement intérieur affiché dans les locaux extrêmement précis il doit être respecté par tout le monde. Que ce soit une banane, un manteau ou autre chose, c'est un vol. Consommer dans les réserves est interdit. La société en faisait une question de principe", a de son côté déclaré Pascale Gauclère, l'avocate du groupe.

L'histoire est toutefois un peu plus compliquée puisque Rafaël Beauvieux a toujours nié le vol. "On ne sanctionne pas par un licenciement pour faute grave quelqu'un qui mange un bien lui appartenant. Mon client avait en plus la nécessité de manger cette banane pour éviter l'hypoglycémie". Les prud'hommes devraient rendre leur décision le 11 décembre prochain.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un salarié de Leclerc a été licencié en 2016 pour avoir mangé une banane dans la réserve du magasin.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-