Drame de Millas: Guillaume Pepy veut plus de sécurité aux abords des passages à niveau

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faite un don !

Drame de Millas: Guillaume Pepy veut plus de sécurité aux abords des passages à niveau

Publié le 02/01/2018 à 10:47 - Mise à jour à 11:08
© ERIC PIERMONT / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Guillaume Pepy, président de la SNCF, a évoqué la nécessité de renforcer la sécurité sur les passages à niveau, plus de deux semaines après le drame de Millas qui a coûté la vie à sept collégiens. La question de savoir si les barrières étaient ouvertes ou fermées au moment de l'impact demeure.

Pour le président de la SNCF Guillaume Pepy, le drame de Millas est "une sorte d'injonction de trouver des meilleures solutions pour sécuriser la traversée des bus aux passages à niveau". Invité de RMC et BFMTV ce lundi 2, il est revenu sur cette collision entre un bus scolaire et un train qui a fait sept morts le 14 décembre dernier et la sécurisation des passages à niveau.

Il a confirmé que le TER avait neuf minutes de retard sur l'horaire prévu, assurant que cela n'entre cependant pas en ligne de compte: "Heureusement, le système des passages à niveau est fait pour anticiper". Ce qui ne remet pas en cause pour Guillaume Pepy la nécessité d'améliorer la sécurité de ces zones sensibles où plusieurs dizaines de personnes trouvent la mort chaque année.

Voir: Collision à Millas - 30 morts et une centaine d'accidents par an aux passages à niveau

"Il faut sans doute multiplier les feux rouges devant les passages à niveau pour renforcer l'obligation de s'arrêter, il faut mettre des radars pour sanctionner ceux qui, malgré la sonnerie, essaient de passer le passage à niveau", propose-t-il, tout en reconnaissant certaines limites. Ainsi, un radar volumétrique -comme ceux actuellement testés et  qui permettent de repérer la présence d'une voiture sur le passage à niveau- "n'aurait pas empêché le drame de Millas parce que les événements sont concomitants, c'est-à-dire que le car s'engage au moment même où le train arrive".

Lire aussi: Catastrophe de Millas: "tout fonctionnait parfaitement", assure une avocate de famille de victimes

Le président de la SNCF a cependant refusé de donner plus d'éléments sur le déroulement présumé des évènements alors que la thèse d'un matériel défectueux persiste. Certains témoins, dont la conductrice, ont en effet évoqué des barrières ouvertes, d'autres assurent qu'elles étaient fermées.

"La vérité doit être judiciaire. (...) La SNCF ne s’est pas exprimée et ne s’exprimera pas sur les causes de cet accident", a-t-il déclaré.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Guillaume Pepy a évoqué plusieurs pistes pour renforcer la sécurité des passages à niveau après le drame de Millas.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-