Drôme: des chiens errants tuent une vingtaine d'autruches

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Drôme: des chiens errants tuent une vingtaine d'autruches

Publié le 23/04/2018 à 20:06 - Mise à jour à 20:07
©La ferme de l'autruche de la Drôme/Facebook
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Deux chiens errants ont tué une vingtaine de d'autruches dans une ferme située à Livron-sur-Drôme. Les deux agriculteurs propriétaires de la ferme craignent de devoir mettre fin à leur exploitation: il ont perdu 20% de leur élevage.

Pascal et Marie Grussenmeyer n'ont pas eu un réveil agréable ce lundi 23 au matin. Ces deux agriculteurs de Livron-sur-Drôme ont reçu un coup de téléphone de leur voisin vers 6h15. Celui-ci leur annonçait alors que "deux chiens errants venaient d'attaquer (leurs) autruches".

Les propriétaires de la ferme de l'autruche drômoise ont en effet découvert qu'une vingtaine de leurs animaux avaient été tués.

A voir aussi: Afrique du Sud - une autruche poursuit 2 cyclistes

"Il y avait quinze autruches au sol puis trois sont mortes et d'autres vont très mal", a expliqué Pascal Grussenmeyer à France Bleu Drôme-Ardèche. Les propriétaires élèvent une centaine d'autruches par an, cette perte représente donc 20% de leur élevage.

En plus de voir mourir des autruches nées dans leur ferme, le couple s'interroge maintenant sur la suite des événements. "On se demande si on va surmonter cette épreuve. (…) C'est une grosse perte financière pour nous, ça représente 20% de notre élevage sur l'année, on risque de devoir prendre des décisions radicales", a déploré Pascal Grussenmeyer.

En attendant, ils ont porté plainte auprès des gendarmes. Mais leur assurance ne prendra en charge leurs pertes que s'ils retrouvent l'identité des propriétaires des chiens. "Je demande à tous les gens qui voient des chiens errants dans le secteur de le signaler à la gendarmerie de Livron", a ainsi demandé l'éleveur colère après "ces gens qui laissent errer leurs chiens".

Le couple venu à Livron-sur-Drôme pour lancer son élevage d'autruches espère pouvoir continuer son activité. "C'était un vrai choix de vie de s'installer ici (…) et là on ne sait pas si on va pouvoir continuer. (…) On a l'impression qu'un pan de notre vie est en train de s'écrouler".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les propriétaires de la ferme craignent de devoir mettre la clé sous la porte après cette attaque de chiens.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-