Drôme: un base-jumper se tue, sa voile ne s'est pas ouverte

Drôme: un base-jumper se tue, sa voile ne s'est pas ouverte

Publié le 11/06/2018 à 08:23 - Mise à jour à 08:24
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un jeune homme de 27 ans s'est tué samedi dans la Drôme, à Saillans, après une chute mortelle alors qu'il pratiquait le base-jump. Sa voile ne s'est pas ouverte alors qu'il avait sauté du point culminant de la montagne des Trois Becs.

Un jeune base-jumper s'est tué samedi 9 dans la Drôme à Saillans. Il s'était élancé de la paroi de La Pelle, le point culminant du massif des Trois Becs.

Mais sa voile ne s'est pas ouverte lorsqu'il l'a actionnée et la chute libre s'est transformée en chute mortelle.

Les pompiers de Saillans et le groupe d'intervention en montagne ont été appelés au secours. Un hélicoptère de la protection civile d'Isère a même été appelé en renfort. Mais les équipes de secouristes n'ont pu que constater le décès du jeune homme âgé de 27 ans selon Le Dauphiné Libéré.

A voir aussi: Gard - un touriste veut prendre une photo au bord d'une falaise et fait une chute mortelle de 30 mètres

L'alerte a été donnée samedi vers 19h. Dimanche 10, le corps du jeune homme était toujours en extraction sur les lieux du drame.

La jeune victime s'était élancée avec deux autres camarades. Ils sont quant à eux saints et saufs, leurs voiles se sont bien ouvertes.

Le base-jump est un sport extrême. Le but est de sauter depuis des objets fixes, en milieu urbain ou non, tout en étant équipé d'un parachute. Il faut cependant déclencher sa voile après avoir effectué une bonne partie du saut uniquement à l'aide d'un windsuit, une combinaison aérodynamique.

Des dizaines de personnes meurent chaque années en pratiquant ce sport extrêmement dangereux. Le premier Français à décéder après une chute était Jean-Marc Boivin. il était (et est toujours) l'un des base-jumpers français les plus connu.

Il est mort en 1990 après une chute de 979 mètres et une collision avec un arbre au Venezuela alors qu'il était suivi par les équipes de l'émission Ushuaia, le magazine de l'extrême.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le parachute du jeune base-jumper ne s'est pas ouvert.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-