Dunkerque: déguisés en "gendarmes de Saint-Tropez", deux hommes tentent un braquage en marge du carnaval

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Dunkerque: déguisés en "gendarmes de Saint-Tropez", deux hommes tentent un braquage en marge du carnaval

Publié le 02/03/2017 à 10:40 - Mise à jour à 10:48
©Frédéric Bisson/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme était jugé vendredi dernier à Dunkerque pour une tentative de cambriolage chez un couple de Grande-Synthe. Signe particulier, les deux malfaiteurs étaient déguisés en "gendarme de Saint-Tropez".

L'histoire n'est pas banale. Un couple de Grande-Synthe, près de Dunkerque, dans le Nord, avait été victime d’un drôle de cambriolage, il y a tout juste deux ans, raconte La Voix du Nord. Les époux s’étaient réveillés en sursaut pour découvrir, dans leur chambre, deux individus déguisés en "gendarmes de Saint-Tropez" et passablement éméchés, en marge du carnaval de Dunkerque.

Vendredi 27, l'un des cambrioleurs était présenté devant la justice. Il a écopé de 210 heures de travaux d'intérêts généraux. Les faits se sont déroulés le 1er mars 2015 aux alentours de 2h du matin. Le couple de Grands-Synthois, est réveillé par un bruit: il découvre chez lui deux hommes déguisés en "gendarmes de Saint-Tropez" en train de les cambrioler. 

Après une courte bagarre avec le mari, qui a tout de même été molesté et menacé de mort au passage, les deux "gendarmes" étaient parvenus à s’enfuir. Or, un des auteurs de ce cambriolage raté avait fini par être identifié grâce aux traces d’ADN laissées notamment sur une bouteille de vodka et une chaussure abandonnée sur place.

Le suspect - dont l'acolyte n'a jamais été identifié - a juré devant le tribunal ne plus se souvenir de la soirée du 1er mars 2015: "Je ne comprends pas ce que je faisais chez monsieur, c’est impardonnable!", a-t-il déclaré lors du procès, avant d'être condamné. Il s'est défendu en expliquant "avoir été pris dans un engrenage stupide à la sortie d’un bal de carnaval".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Après une courte bagarre avec le mari, qui a tout de même été molesté et menacé de mort au passage, les deux "gendarmes" étaient parvenus à s’enfuir.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-