Effondrement d'un balcon à Angers: le constructeur évoque une "humidité massive" et une "usure anormale"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Effondrement d'un balcon à Angers: le constructeur évoque une "humidité massive" et une "usure anormale"

Publié le 17/10/2016 à 18:10
©Jean-François Monier/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

L'entreprise qui a construit le balcon de l'immeuble d'Angers qui s'est effondré, provoquant la mort de quatre jeunes samedi 15, s'est exprimée ce lundi via son avocat. Elle dit avoir travaillé, "dans le respect scrupuleux des règles de l'art", évoquant d'éventuels problèmes d'entretien. Une information judiciaire contre X a été ouverte.

L'entreprise de maçonnerie qui a participé à la construction de l'immeuble d'Angers, dont un balcon s'est effondré ce weekend faisant quatre morts et quatorze blessés, pointe du doigt dans un communiqué de son avocat "une défaillance liée à une usure anormale".

La société Bonnel, par la voix de son avocat Pascal Rouiller, précise dans ce communiqué que le procédé utilisé pour la réalisation des balcons, qui remonte à 1998, "ne présente strictement aucune originalité et la construction a été effectuée de manière classique dans le respect scrupuleux des règles de l'art, et sous le contrôle des personnes chargées de vérifier la qualité de ce type d'ouvrage".

Et d'ajouter que l'entreprise associée à la construction de l'immeuble "n'a pas été d'une quelconque manière concernée par son entretien ultérieur et à sa maintenance, et ne peut donc s'exprimer sur les conditions dans lesquelles ces balcons auraient présenté une défaillance liée à une usure anormale". "Il y a quelque chose d'anormal dans l'usure de ces balcons", a confirmé auprès de l'AFP Me Rouiller, faisant état notamment de "tâches d'humidité massives" visibles à l'endroit des balcons sur l'immeuble.

Le drame a eu lieu samedi soir vers 23h alors que toutes les victimes se trouvaient sur le balcon, donnant sur la cour intérieure, à l'occasion d'une pendaison de crémaillère organisée par deux jeunes filles qui avaient invité une trentaine d'amis, en majorité des étudiants en droit. Le balcon, situé au troisième étage de l'immeuble, a entraîné sous son poids ceux des deux étages inférieurs.

Les quatre morts sont trois hommes de 21, 23 et 25 ans, et une jeune fille de 18 ans. Sur les 14 blessés, sept avaient quitté l'hôpital dès dimanche.

L'enquête de flagrance ouverte après le drame devrait se clore mardi matin pour laisser place à "une information judiciaire contre X pour homicides et blessures involontaires", a indiqué lundi à l'AFP le procureur de la République d'Angers, Yves Gambert, qui envisage aussi de demander la co-saisine de deux juges pour instruire ce dossier.

"Le cœur de ce dossier va reposer sur la recherche de la cause de l'effondrement, cette question passera obligatoirement par des actes d'expertise et de recherches techniques", a-t-il expliqué à l'AFP. Une procédure qui pourrait prendre plusieurs mois.

Dès dimanche le maire d'Angers, Christophe Béchu (LR), a pris des arrêtés de "mise en péril" des neuf appartements de l'immeuble, qui a été évacué.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'entreprise précise qu'elle "n'a pas été d'une quelconque manière concernée" par l'entretien du balcon.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-