Elle appelle le Samu qui n’envoie pas d'ambulance, elle meurt

Elle appelle le Samu qui n’envoie pas d'ambulance, elle meurt

Publié le 10/05/2019 à 13:43 - Mise à jour à 14:02
© PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

En mars dernier, une femme de 56 ans est morte en Lorraine lors de son transfert aux urgences par une connaissance. Le Samu, appelé car la victime ressentait de vives douleurs, n'a pas envoyé de véhicule.

L'affaire n'est pas sans rappeler le cas de Naomi Musenga qui n'avait pas été secourue par les secours malgré un problème de santé grave qui conduira à sa mort. Le journal Le Républicain lorrain révèle qu'une femme de 56 ans est morte après avoir appelé le Samu qui n'a pas voulu envoyer d'ambulance.

Les faits remontent au mois de mars. La quinquagénaire appelle le "15" se plaignant de douleurs particulièrement intense. Quatre jours auparavant, elle s'était fait opérer de la vésicule biliaire dans un hôpital de Lunéville (Meurthe-et-Moselle). L'opératrice en ligne, pour une raison encore mal définie mais que l'enquête est chargée d'éclaircir, ne souhaite pas envoyer un véhicule de transport d'urgence et demande à la malade si quelqu'un peut l'emmener aux urgences, à 30 minutes de route de son domicile.

Une proche l'emmène alors mais lors du trajet, la malheureuse va être prise de vomissements et va perdre connaissance. Les secours aux urgences ne parviendront pas à la réanimer, la victime finira par décéder.

Lire aussi - Samu d'Ile-de-France: l'ARS débloque 2,4 millions d'euros pour pallier le manque d'effectifs

La famille a décidé de porter plainte pour homicide involontaire. Le service régional de police judiciaire est chargé de comprendre pourquoi la femme est morte et, surtout, si la prise en charge par l'opératrice du Samu a été défaillante.

Le 29 décembre 2017, une femme de 22 ans, Naomi Musenga, décédait malgré son appel au Samu de Strasbourg dont le sérieux n'avait pas été immédiatement pris en compte. La jeune femme était morte d'une intoxication au paracétamol.

Voir aussi:

Paris: enquête ouverte après la mort d'une personne, le Samu n'est pas intervenu

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La victime est morte à son arrivée aux urgences (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-