Elle frôle la mort après s'être percé un bouton (preuve qu'il ne faut pas le faire)

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Elle frôle la mort après s'être percé un bouton (preuve qu'il ne faut pas le faire)

Publié le 11/08/2017 à 16:24 - Mise à jour à 16:52
©Capture d'écran Twitter/Katie Wright
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Oui, se percer un bouton peut tuer. C'est en tout cas la mésaventure qui a frappé une jeune américaine de 21 ans cette semaine...

C'est un geste du quotidien pour beaucoup de gens. Une habitude anodine qui a pourtant bien failli tuer la jeune Katie Wright, 21 ans: se percer un bouton. Oui, un simple comédon a manqué de peu d'envoyer cette Texane six pieds sous terre et lui a causé des souffrances qu'elle décrit comme terribles à l'édition américaine du Huffington Post.

"Il y a une semaine j'ai décidé d'éclater ce que je pensais être un bouton géant sous ma peau car il me faisait mal depuis un moment et devenait trop douloureux", a tout d'abord raconté la jeune femme dans un message publié sur Facebook en début de semaine. Mais très vite les ennuis commencent pour cette bloggeuse beauté.

"Dans l'heure qui a suivi mon visage entier s'est mis à gonfler et à me faire souffrir", a décrit Katie Wright sur Facebook. Puis d'expliquer au HuffPost US que "la pression et la chaleur étaient insupportables. C'était comme un charbon brûlant qui essayait de se faire éclater dans ta peau".

Fort heureusement pour elle la Texane a eu le réflexe de se rendre immédiatement aux urgences, où un cas grave de cellulite infectieuse lui a été diagnostiqué. Mais rien à voir avec quelques dépôts de graisse disgracieux (ou non): la maladie est une infection des tissus sous-cutanés qui aurait pu notamment atteindre l'œil de la jeune femme, et ainsi entraîner une cécité. Mais aussi toucher le cerveau, voire aller jusqu'à la tuer. Les médecins ont toutefois pu lui prescrire à temps un traitement qui a permis de la remettre sur pieds -au bout de quatre jours tout de même.

Morale de l'histoire: "éclater un bouton comporte toujours un risque. Toujours" selon Jessica Krant, professeure clinicienne adjointe en dermatologie à l'hôpital Downstate de New York citée par Le Huffington Post. Le geste peut ainsi entraîner des lésions permettant à l'infection de s'étendre. Elle conseil ainsi tout simplement de ne pas y toucher et d'aller voir un médecin, hormis peut-être pour un petit bouton blanc qui se perce presque tout seul.

Quant à Katie Wright elle aussi a un avis sur sa mésaventure. "Notez comme il est crucial de nettoyer parfaitement vos brosses et pinceaux" à maquillage, prévient la jeune femme qui y voit là la source de son infection. Et estime que c'est le seul moyen "pour empêcher une infection horrible, douloureuse et potentiellement mortelle". 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Katie Wright, avant/après (son visage a retrouvé son apparence normale depuis, grâce aux médecins).

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-