Les lettres de harcèlement adressées à une collégienne de 11 ans

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Les lettres de harcèlement adressées à une collégienne de 11 ans

Publié le 01/12/2017 à 12:57 - Mise à jour à 13:09
©Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une lycéenne a publié mardi sur Twitter les lettres d'insultes que sa nièce, âgée de 11 ans, recevait au collège. Les mots très durs et violents ont scandalisé les internautes qui ont adressé leur messages de soutien à l'enfant par centaines.

Si face à l'engouement qu'a provoqué son tweet elle a suspendu son compte Twitter, Ophélie a créé le buzz. Cette lycéenne d'Epinal (Vosges), âgée de 19 ans, a dévoilé mardi 28 les lettres de harcèlement que sa nièce de 11 ans recevait à l'école.

Devant la violence des propos, des milliers d'internautes ont apporté leur soutien à la petite collégienne qui a "reçu quatre messages dans son casier (...) depuis la semaine dernière". "J'ai trouvé ça tellement choquant et énorme que j'ai décidé de les publier", a-t-elle expliqué.

L'écriture est maladroite, les fautes d'orthographes parsèment les petits papiers à carreaux, mais les messages n'en sont pas moins inquiétants et violents.

A lire aussi: Harcèlement scolaire: briser la loi du silence, est-ce la solution? (Tribune)

"T'inquiète pas on vas te faire partir du collège tu vas mourire ou alors ont vas tout faire pour que tu te suicide", "on vas te faire la misère", "à se soire à la sorti"... ces phrases accompagnaient des mots écrits dans tous les sens tels que "crève", "salo**", "p***", "conn****".

"Mes parents sont allés porter plainte pour Manon", a confié Ophélie à Franceinfo. L'enfant n'a en effet plus ses parents. Le personnel éducatif du collège de la victime s'est aussi mobilisé, "la conseillère principale d'éducation du collège s'en occupe aussi, elle l'accompagne à la sortie des cours et il y a des recherches lancées pour identifier les personnes".

D'après l'Education nationale (source), 700.000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire, un majorité d'entre eux le sont sur Internet. L'Etat a d'ailleurs mis en place un numéro gratuit à destination des parents, des enfants ou même de leurs professeurs: le 3020.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La collégienne avait reçu de nombreuses lettres menaçantes et insultantes dans son casier.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-