Emprisonnée dans une prison pour femmes, la transgenre viole ses codétenues

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Emprisonnée dans une prison pour femmes, la transgenre viole ses codétenues

Publié le 07/09/2018 à 10:52 - Mise à jour à 11:02
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Karen White, une transgenre de 52 ans est accusée d'avoir violé quatre de ses codétenues de la prison de New Hall, à Wakefiel dans le nord de l'Angleterre. Elle était emprisonnée pour avoir violé trois fois la même femme en 2016.

Bien qu'elle n'avait pas subi de chirurgie de conversion sexuelle, elle était détenue dans une prison pour femmes. Karen White, anciennement David Thompson, a plaidé coupable pour quatre viols, perpétrés à la prison de New Hall, à Wakefield dans le nord de l'Angleterre.

Karen White, qui est âgée de 52 ans, était incarcérée pour avoir violé la même femme à trois reprises entre février et décembre 2016. Elle a cependant toujours nié les faits, expliquant qu'elle souffrait d'un dysfonctionnement érectile a indiqué le Sun jeudi 6.

Pourtant quatre ses codétenues l'accusent de les avoir violées, ce qu'elle a finalement admis.

A voir aussi: Une transgenre a une voix d'homme au téléphone, la banque bloque son compte

Celle qui a d'ailleurs été accusée de viol en 2003 a aussi avoué avoir commis deux agressions sexuelles au sein de cette même prison entre septembre et novembre 2017.

L'enquête a en outre révélé des anomalies au sein même du système carcéral. En effet pour être incarcéré en tant que transgenre en Grande-Bretagne, il faut que la personne concernée ait vécu pendant deux ans comme personne du sexe opposé.

Mais surtout, le ou la transgenre doit avoir reçu un diagnostic de dysphorie. En d'autres termes, un médecin doit avoir décelé un sentiment d'inadéquation entre le sexe de naissance du patient et son identité de genre. Et selon les proches de Karen White, elle n'a jamais fait ce genre d'examen.

Ses amis ont d'ailleurs expliqué aux enquêteurs que Karen White, qui aurait une ex-femme et un fils de quatre ans, n'était pas transgenre mais artiste drag à Manchester.

"Nous nous excusons sincèrement pour les erreurs commises dans cette affaire", a d'ailleurs fait savoir l'administration pénitentiaire qui a assuré que la "sécurité de tous les prisonniers" était une "priorité absolue".

Karen White, qui a déjà été détenue en 2001 pour des faits d'indécence grave envers un enfant, a été transférée dans une autre prison et sera jugée le 11 octobre prochain à Leeds.

A lire aussi:

Var: une transgenre brésilienne s'introduit chez son voisin et lui fait une fellation

Critiquée pour ne pas être une "vraie" transgenre, Scarlett Johansson renonce à un rôle

Féministes contre transgenres: polémique autour d'un lieu de baignade à Londres

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La transgenre accusée de viols et d'agressions sexuelles sur ses codétenues sera jugée en octobre.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-