En Inde, un prince gay sur la ligne de front contre le sida

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

En Inde, un prince gay sur la ligne de front contre le sida

Publié le 19/01/2017 à 12:52 - Mise à jour à 12:53
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Manvendra Singh Gohil, premier prince homesexuel en Inde à avoir fait son coming-out, répudié par sa famille, se sert de sa popularité pour poursuivre son combat contre le sida.

Première personnalité royale à révéler publiquement son homosexualité en Inde, Manvendra Singh Gohil est depuis dix ans à l'avant-garde du combat contre le sida. Il est allé jusqu'à suspendre des préservatifs aux arbres pour encourager les rapports sexuels protégés.

Lorsqu'il a fait son coming-out public en 2006, ce descendant d'un clan royal guerrier dans le très conservateur Etat du Gujarat (ouest) s'est heurté à l'hostilité de sa famille, qui l'a répudié.

Désormais âgé de 51 ans, M. Gohil porte son identité sexuelle comme une marque de fierté. Sa célébrité et son statut royal, il s'en sert pour éduquer la communauté gay en Inde et faire connaître aux homosexuels leurs droits dans ce pays de 1,2 milliard d'habitants où l'homosexualité reste pénalisée, en théorie même passible de la prison à vie.

"Les gens disent que l'homosexualité fait partie de la culture occidentale. C'est complètement faux", déclare ce moustachu dégingandé à l'AFP, prenant en exemple le Kamasutra ou les sculptures homo-érotiques qui ornent certains anciens temples hindous.

"C'est l'hypocrisie de notre société que de refuser de voir la vérité. Cela m'a motivé à me dévoiler et à lancer au monde: +Je suis gay, et alors ? J'en suis fier+". Depuis, M. Gohil participe à la campagne contre une loi datant de l'ère coloniale qui pénalise les actes homosexuels en Inde et contribue selon lui à la propagation du sida.

"Les gens ont des rapports sexuels dans la peur et ne prennent pas les mesures pour se protéger", dit-il, affirmant que le travail de sa fondation Lakshya en faveur de rapports sexuels protégés se heurte à l'obstruction constante des forces de police.

A l'époque où les militants de cette fondation ont commencé leur action, au début des années 2000, "nous placions des paquets de préservatifs dans les toilettes publiques, et en pendions même aux arbres dans les parcs publics car nous ne voulions pas que (les gays) arrêtent d'avoir des relations dans les toilettes ou dans les parcs".

Les rapports homosexuels ont été décriminalisés dans les faits lorsque la Haute Cour de Delhi a estimé en 2009 que leur interdiction constituait une atteinte aux libertés fondamentales. Mais ce jugement a été annulé en 2013 par la Cour suprême: la plus haute instance judiciaire du pays a considéré qu'il revenait aux élus, et non aux juges, d'amender cette loi de 1861.

Les poursuites judiciaires pour homosexualité sont de toute façon rares. Mais la communauté gay se plaint d'être l'objet de discriminations et de harcèlement de la part de la police.Les employés de la fondation sont eux aussi pris pour cibles. Même un contrat avec le gouvernement pour distribuer des préservatifs ne suffit pas à les protéger, selon M. Gohil.

"Ils ont dit que nous propagions l'homosexualité", relate-t-il. "Certains de nos employés ont été arrêtés et emmenés au poste, où les policiers eux-mêmes les ont forcés à des rapports sexuels avec eux sans préservatifs". Ces employés ont porté plainte et un magistrat a été saisi du dossier.

L'Inde est le troisième pays au monde en nombre de personnes contaminées par le virus du sida, selon les Nations unies. Le pays comptait 2,1 millions de séropositifs en 2015, même si la propagation du virus ralentissait.

Signe positif: deux projets de loi destinés à mettre fin aux discriminations envers les transsexuels et les séropositifs sont actuellement discutés au Parlement indien. Mais certains des partisans du texte concernant les transsexuels en dénoncent une clause qui forcerait les gens à déterminer leur sexe. Une disposition contraire selon eux à une décision de la Cour suprême qui autorise chacun à "s'auto-identifier" comme transsexuel.

"C'est une situation compliquée, concède Manvendra Singh Gohil. Je n'en veux pas à un parti en particulier. Ce n'est pas le parti mais ses membres qui sont soit homophobes soit favorables aux homosexuels". "Notre devoir est de les éduquer car ils sont ignorants".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Manvendra Singh Gohil a fait son coming-out public en 2006.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-