Enseignants gazés, et frappés à Toulouse: des violences policières dénoncées (vidéo)

Enseignants gazés, et frappés à Toulouse: des violences policières dénoncées (vidéo)

Publié le 24/05/2019 à 12:21 - Mise à jour à 12:43
©Capture d'écran
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Plusieurs vidéos montrant l'intervention musclée de policiers lors d'une manifestation d'enseignants à Toulouse, jeudi 23, ont entraîné la dénonciation de violences policières. Les manifestants ont été gazés à courte distance et certains matraqués.

Des vidéos montrant des manifestants gazés à bout portant par la police lors d'une manifestation à Toulouse ont soulevé des critiques suite à sa publication sur les réseaux sociaux. Les faits se sont déroulés jeudi devant la préfecture de Haute-Garonne, lors d'un rassemblement dénonçant la réforme de l'Education défendue par Jean-Michel Blanquer.

Le contexte de l'intervention des forces de l'ordre n'était pas clairement établi au lendemain de l'incident. Les images montent une poignée de policiers sans équipement anti-émeute faire face à tout au plus quelques dizaines de manifestants réunis derrière une banderole.

Voir: Gilets jaunes: un colonel de gendarmerie reconnaît "des violences policières" (vidéo)

Selon les organisateurs cités par France 3 Régions, ils étaient en train "de quitter les lieux dans le calme" vers 14h. Aucune agressivité n'est visible de la part des manifestants, même s'ils semblent refuser pour certains de lâcher leur banderole.

On ne peut entendre qu'une seule sommation succinte, "Attention au gaz!", quand la loi en exige deux. Puis l'un des policiers déclenche son aérosol. Un geste dénoncé comme disproportionné au regard du faible risque couru par les forces de l'ordre. Si celles-ci peuvent recourir à la force pour disperser un rassemblement, il est fortement recommandé aux policiers de ne pas pulvériser de gaz lacrymogène à moins d'un mètre, distance qui semble ici à peine respectée, et par pression d'une seconde, délai clairement dépassé en l'espèce.

Surtout, on peut distinguer l'un des policier frapper à plusieurs reprises avec son tonfa des manifestants, dont une femme au bras pour lui faire lâcher la banderole. Cette arme est censée être utilisée de manière défensive.

Neuf enseignants auraient été interpellés durant la manifestation mais relâchés à l'issue de leur garde à vue, sans qu'aucune charge ne soit retenue.

Lire aussi:

Manifestation à Marseille: des policiers accusés de "tentative d'homicide"

1er Mai: un policier introduit sa matraque dans le pantalon d'un manifestant (vidéo)

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des policiers ont gazé et frappé des enseignants manifestants à Toulouse jeudi 23.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-