Essonne: un commissaire de Massy "tasé" par un collègue avant une intervention

Essonne: un commissaire de Massy "tasé" par un collègue avant une intervention

Publié le 03/02/2017 à 13:00 - Mise à jour à 14:16
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): ET
-A +A

Mercredi un commissaire de police de Massy en Essonne s'est fait "taser" par l'un de ses collègues alors qu'il était sur le point de se rendre sur les lieux d'une intervention.

Alors qu'il se préparait pour une intervention dans un campement de Gens du voyage, un commissaire de police de la ville de Massy dans l'Essonne s'est accidentellement fait "taser" par l'un de ses collègues mercredi 1er février.

Touché sans gravité à la jambe le commissaire a quand même été hospitalisé par précaution. C'est un membre du personnel administratif du commissariat qui a commis cette bourde: chargé de vérifier l'état du matériel et de noter les armes qui sortent du service avant chaque opération, il a enclenché le pistolet à impulsion électrique par mégarde, touchant son supérieur à la jambe.

Le commissaire a assuré non sans humour: "Je vais bien, le taser aussi. L'objet a été placé sous scellés en attendant la suite de l'enquête". Car une enquête sera effectivement menée pour connaitre les circonstances exactes de cette bavure.

L'opération que le commissaire et son équipe devaient mener avant l'incident, à savoir: sécuriser les abords d'un campement illégal de gens du voyage, a tout de même été effectuée sans qu'aucun autre incident ne soit à déplorer.

Les "taser" sont utilisés par les forces de police nationale et de gendarmerie depuis 2004, depuis 2008 les policiers municipaux en sont aussi équipés. L'utilisation par les forces de l'ordre de ce pistolet à impulsion électrique est autorisé dans les cas de légitime défense ou encore de flagrant délit. Pour les particuliers, il faut une autorisation pour détenir une telle arme répertoriée de catégorie B.

Auteur(s): ET

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le commissaire touché a été emmené à l'hôpital par précaution.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-