ETA: le dernier leader séparatiste en cavale arrêté

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

ETA: le dernier leader séparatiste en cavale arrêté

Publié le 05/11/2016 à 17:06 - Mise à jour à 17:08
©Bohac Yann/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Madrid et Paris ont porté un nouveau coup dur à l'organisation séparatiste basque espagnole ETA, déjà à l'agonie, avec l'interpellation samedi au Pays Basque français de l'un de ses derniers chefs présumés dans la clandestinité.

Mikel Irastorza, un des principaux chefs présumés de l'organisation séparatiste basque espagnole ETA encore en fuite, a été interpellé ce samedi 5 à l'aube -à 06h05- à Ascain (Pyrénées-Atlantiques) et placé en garde à vue au commissariat de Bayonne.

Le couple franco-espagnol qui l'hébergeait dans une maison du bourg, la famille Arin, a également été placé en garde à vue, à son domicile, une maison blanche située dans une impasse, dans le quartier Lur Eder, où une perquisition était en cours, a constaté sur place une correspondante de l'AFP. Lui, Xabi Arin Baztarica, âgé de 59 ans, est un ancien réfugié basque espagnol établi depuis longtemps au Pays Basque français et travaillant comme cadre dans l'entreprise de meubles Socoa à Hendaye. Elle, Denise, est âgée de 56 ans.

Pour le ministère espagnol de l'Intérieur, Mikel Irastorza, âgé de 41 ans, de nationalité espagnole et originaire de Saint-Sébastien (province de Guipuzkoa), est "le plus haut dirigeant actuel du groupe terroriste ETA, qui échappait à la justice". De source proche du dossier en France, on indique qu'il aurait succédé en 2015 à Iratxe Sorzabal et David Pla, arrêtés le 22 septembre 2015 à Saint-Etienne-de-Baïgorry (Pyrénées-Atlantiques).

L'opération -qui vise "la structure dirigeante de l'ETA"- a été menée côté français par des enquêteurs de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) en collaboration avec la Garde civile (Guardia civil) espagnole, indique le ministère espagnol de l'Intérieur dans un communiqué. Il a évoqué la possibilité d'autres arrestations, durant l'opération "toujours en cours" samedi matin.

Les interpellations ont été effectuées sous l'autorité du Parquet anti-terroriste de Paris et les trois suspects devraient être transférés vers Paris pour être présentés à un magistrat du Parquet anti-terroriste. Une enquête préliminaire avait été ouverte vendredi pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" et les investigations sont confiées à la Sous-Direction Anti-terroriste (SDAT), la DGSI et la Police judiciaire de Bordeaux-Bayonne.

L'ETA, fondée en 1959 dans la lutte contre la dictature franquiste, est tenue pour responsable de la mort de plus de 800 personnes en plus de 40 années de lutte armée pour l'indépendance du Pays Basque et de la Navarre. Dans les années 1970-1980, une soixantaine militants nationalistes avaient été assassinés en Espagne et en France dans des attentats commis par des groupes à la solde de la police espagnole, notamment le Bataillon basque espagnol (BBE), puis les Groupes anti-terroristes de libération (GAL).

Après avoir d'abord annoncé l'arrêt des attentats en 2010, l'ETA a renoncé en 2011 à la lutte armée, mais refuse de rendre les armes et de se dissoudre, comme l'exigent Madrid et Paris.

Le 12 octobre, la France et l'Espagne avaient annoncé le démantèlement d'une importante cache d'armes de l'ETA à Carlepont, à 120 km au nord de Paris. Ce démantèlement et l'arrestation de Mikel Irastorza illustrent la détermination franco-espagnole pour amener l'ETA à une totale résipiscence.

Dans un communiqué du 18 octobre, l'ETA avait ensuite accusé l'Espagne et la France de ne pas vouloir "rechercher des solutions raisonnables" pour la paix au Pays basque.

Sa capacité opérationnelle est très réduite, après des années d'actions policières des deux côtés de la frontière franco-espagnole et la perte de soutiens dans la société basque. La grande majorité de ses membres sont en prison -un peu moins de 400 détenus, dont un peu plus de 90 en France- et seule une vingtaine seraient encore dans la clandestinité, selon des experts espagnols et français de la lutte anti-terroriste.

Le principal dirigeant du mouvement politique nationaliste basque espagnol Sortu, Arnaldo Otegi, libéré en mars 2016 après avoir passé une dizaine d'années en prison en raison de son soutien à l'ETA, prône aujourd'hui une lutte exclusivement politique et par des moyens légaux, notamment aux élections.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Mikel Irastorza, arrêté ce samedi, est "le plus haut dirigeant actuel du groupe terroriste ETA, qui échappait à la justice", selon Madrid.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-