Etats-Unis: un détenu noir privé d'eau meurt de déshydratation, trois surveillants inculpés

Etats-Unis: un détenu noir privé d'eau meurt de déshydratation, trois surveillants inculpés

Publié le 14/02/2018 à 16:58 - Mise à jour à 17:03
©Photo AFP/Fournie par la famille
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Trois fonctionnaires pénitentiaires américains ont été inculpés lundi après la mort, en 2016, d'un détenu noir qu'ils avaient privé d'eau pendant sept jours. Ils risquent jusqu'à quatre ans de réclusion criminelle.

Terrill Thomas, un homme noir de 38 ans, détenu dans une prison de Wisconsin (comté de Milwaukee) aux Etats-Unis pour avoir tiré sur un homme et ouvert le feu dans un casino, est mort de déshydratation en 2016 après avoir été privé d'eau pendant sept jours par trois surveillants pénitentiaires.

Lundi 12, après deux ans d'enquête et l'intervention d'un jury indépendant, les trois fonctionnaires en question ont été inculpés pour ces faits et risquent jusqu'à quatre ans de réclusion criminelle.

Terrill Thomas avait été "sanctionné" par Kashka Meadors et James Ramsey-Guy, deux surveillants de prison, qui lui avaient donc coupé l'eau de sa cellule, parce qu'il était trop bruyant. Il souffrait de troubles bipolaires et avait perdu près de 16 kilos à la fin de son calvaire.

Voir aussi: Etats-Unis - il tue une partie de sa famille lors du réveillon du Nouvel An

La troisième personne inculpée dans la mort de cet homme est Nancy Evans, responsable hiérarchique accusée d'avoir délibérément menti sur les pratiques de ses agents et caché les images de vidéosurveillance de la cellule.

La famille du détenu avait porté plainte rapidement après son décès, pour dénoncer ces pratiques barbares de privation et obtenir justice. Mais l'intervention d'un jury indépendant avait été nécessaire pour faire parler de ce scandale.

Après l'annonce des inculpations, lundi, l'avocat de la famille Thomas, Erik Heipt a déclaré: "Il est extrêmement rare d'engager des poursuites pénales contre des fonctionnaires de l'Etat à la suite du décès d'un détenu. Le fait qu'il y ait eu ces inculpations illustre l'ampleur de la barbarie qui s'est produite".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Terrill Thomas, un détenu américain bipolaire, est mort de déshydratation en avril 2016 après avoir été privé d'eau pendant sept jours.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-