Etudiante japonaise disparue à Besançon: enquête pour assassinat et mandat d'arrêt malgré l'absence de corps

Etudiante japonaise disparue à Besançon: enquête pour assassinat et mandat d'arrêt malgré l'absence de corps

Publié le 03/01/2017 à 19:42 - Mise à jour le 04/01/2017 à 12:45
©Lewis Joly/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Narumi Kurosaki, étudiante japonaise disparue à Besançon le soir du 4 décembre, est vraisemblablement morte, selon la procureure en charge de l'affaire. Des traces "rougeâtres" en cour d'analyse, le cri entendu au moment de sa disparition et la présence des son ex-petit ami à la personnalité "inquiétante" semblent en attester. Un mandat d'arrêt a été lancé contre ce dernier.

L'étudiante japonaise disparue à Besançon depuis début décembre a été assassinée, mais le corps n'a pas encore été retrouvé, et un mandat d'arrêt a été délivré contre son ancien petit ami chilien, a annoncé ce mardi 3 la procureure de Besançon, Edwige Roux-Morizot.

Narumi Kurosaki, 21 ans, était en France depuis fin août 2016 pour étudier le français et logeait dans une résidence sur le campus de l'université de Besançon. "Elle a été vue vivante pour la dernière fois le 4 décembre entre 22h et 23h", a expliqué la magistrate au cours d'une conférence de presse suivie par de nombreux journalistes nippons.

"Le suicide, la disparition volontaire sont clairement exclus par les éléments de l'enquête et par les témoignages. Les éléments de l'enquête sont suffisamment importants pour saisir le juge d'instruction du chef d'assassinat", a-t-elle soutenu. "Si on n'en était pas sûr, on n'aurait pas déployé toutes ces investigations. Des éléments de l'enquête nous font dire qu'il est extrêmement vraisemblable que cette jeune femme est morte", a dit la magistrate.

Narumi Kurosaki était "une jeune fille pleine de vie et heureuse de sa relation avec son ami actuel", a souligné Edwige Roux-Morizot. "Plusieurs étudiants logeant au même étage (dans la résidence, NDLR) ont entendu un grand cri au cours de la nuit du 4 au 5 décembre. À partir de ce moment, aucune trace de Narumi n'a été trouvée", a-t-elle précisé. "Des traces rougeâtres ont été constatées sur le perron. Des prélèvements sont en cours d'analyse pour dire s'il s'agit de sang et s'il y a un lien avec la jeune fille", a-t-elle dit.

L'enquête a été confiée à deux juges d'instruction. Elle porte sur la "personnalité envahissante et inquiétante de l'ancien petit ami chilien connu au Japon", une relation qui "s'est achevée par une rupture. L'enquête a établi que celui-ci était en France et présent à Besançon au moment de la disparition", a souligné la magistrate.

"De nombreux moyens sont déployés pour retrouver le corps de la jeune fille et faire la lumière sur ce crime", a-t-elle affirmé.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des éléments de l'enquête nous font dire qu'il est extrêmement vraisemblable que cette jeune femme est morte", a déploré la procureure de Besançon.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-