Eure: le garçon s'étouffe avec un biscuit, il échappe à la mort grâce aux gendarmes

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Eure: le garçon s'étouffe avec un biscuit, il échappe à la mort grâce aux gendarmes

Publié le 13/03/2017 à 08:58 - Mise à jour à 09:14
©Witt/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Des gendarmes du peloton motorisé de Gaillon (Eure) ont arrêté une voiture roulant à vive allure dimanche 5 mars. A l'intérieur, un jeune garçon en détresse respiratoire à cause d'un biscuit avalé de travers. Les militaires ont pu lui sauver la vie.

On est passé à deux doigts du drame et tout s'est finalement bien terminé grâce à… un contrôle routier pour excès de vitesse. Dimanche 5 mars, les gendarmes du peloton motorisé de Gaillon, dans le département de l'Eure, ont sauvé la vie d'un petit garçon de 11 ans. Ce dernier était en train de s'étouffer à cause d'une fausse route dans l'ingestion d'un simple biscuit. Sans l'intervention des militaires, il serait mort.

D'après le rapport des faits par l'hebdomadaire local L'Impartial, les gendarmes font du contrôle de vitesse sur une route nationale, et constatent un véhicule en infraction, roulant vite, très vite même. Pas de simple flash par le radar face à l'ampleur de l'infraction, les gendarmes enfourchent directement leur moto et partent à la poursuite de la voiture.

Arrivés à la hauteur et faisant stopper le véhicule, les militaires découvrent au volant une mère complètement affolée. La cause? Son fils, présent dans la voiture, est en train de suffoquer, et se trouve déjà en état de détresse respiratoire. Il a en effet avalé "de travers" un simple biscuit apéritif qui lui obstrue les voies respiratoires.

Avec sang-froid, les gendarmes vont alors appliquer leur formation aux premiers secours et user des gestes adéquats pour sauver l'enfant d'une mort affreuse et certaine. L'aliment est extrait et le garçon retrouve enfin une respiration normale.

La petite histoire ne dit pas –cela paraîtra peu probable– si la mère a été verbalisée. Elle peut en tout cas remercier les gendarmes d'être partis à sa poursuite, à l'origine pour la sanctionner, et finalement pour sauver la vie de son fils.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les gendarmes ont pu effectuer les gestes d'urgence et sauver la vie de l'enfant.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-