Evacuation de la "Jungle" de Calais: une "opération à risques" qui débute lundi

Evacuation de la "Jungle" de Calais: une "opération à risques" qui débute lundi

Publié le 21/10/2016 à 20:45 - Mise à jour à 20:48
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

L'évacuation totale de la "Jungle" de Calais, le plus grand bidonville de France où vivent depuis 18 mois des milliers de migrants, débutera lundi à 8h, une opération à haut risque prévue pour durer "une semaine".

La préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, "a pris (ce vendredi  21) un arrêté d'expulsion" de tous les occupants du camp de la Lande (nom officiel de la "Jungle"), donnant "72 heures" aux "occupants sans droit ni titre" du camp pour "quitter" les lieux. Seule exception, les "mineurs étrangers isolés" qui seront "pris en charge" temporairement au centre Jules Ferry et au Centre d'accueil provisoire (CAP), deux structures en dur.

L'arrêté a commencé à être affiché ce vendredi vers 18h, en plusieurs langues (il en existe au moins 9), en plusieurs points de la "Jungle", a constaté un correspondant de l'AFP. Ce sont 6.400 migrants selon les autorités, 8.143 selon des associations qui s'entassent sur ce site d'une dizaine d'hectares.

La préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, "a pris vendredi un arrêté d'expulsion" de tous les occupants du camp de la Lande (nom officiel de la "Jungle"), donnant "72 heures" aux "occupants sans droit ni titre" du camp pour "quitter" les lieux.

Le processus de démantèlement commencera dès "dimanche après-midi", avec des tournées des services de l'immigration qui "vont s'intensifier" à l'intérieur du camp pour informer les migrants et les convaincre de partir, ont indiqué le ministère de l'Intérieur et la préfecture d'Arras. Le même jour, Mme Buccio rencontrera les chefs des communautés (Afghans, Soudanais, Érythréens, les Syriens étant très peu nombreux).

En trois jours, 145 autocars pouvant emmener chacun jusqu'à 50 migrants et deux accompagnateurs, quitteront Calais pour des centres de séjour temporaire (287 au total), dénommés Centres d'accueil et d'orientation (CAO), partout en France, où ils pourront "réfléchir à leur projet personnel" selon les autorités. Il est d'ores et déjà prévu que 60 cars prendront la route lundi, 45 mardi et 40 mercredi. L'opération doit pouvoir être bouclée en "une semaine", espère le gouvernement.

Dès mardi, des équipes de nettoyage équipées de petites tractopelles enlèveront cabanes et détritus.

"L'objectif, c'est de mettre toutes les personnes à l'abri, et on fera tout pour y arriver", a affirmé un haut fonctionnaire associé de près à ce transfert massif de population, présenté comme "une opération humanitaire". Avec "7.500 places trouvées", les pouvoirs publics se sont donné "une bonne marge de sécurité", se réjouit-on au ministère de l'Intérieur.

Selon les autorités, il n'y aura "pas de contrainte sur les migrants" pour les obliger à monter dans les cars, mais ceux qui refuseraient de quitter le site s'exposeront "en dernier recours" à un placement en centre de rétention, souvent l'antichambre d'une expulsion.

Les autorités tablent sur la coopération des associations, malgré les vives réserves d'une dizaine d'entre elles. Tous ceux qui se présenteront aux guichets de départ auront "le choix entre deux destinations, dans des régions différentes".

Concrètement, les migrants seront dirigés dès le lever du jour vers "un sas". En l'occurrence un hangar loué sur un terrain de 3.000 m2, à 300 m du camp, où ils seront répartis entre les destinations possibles. Devant cet hangar, quatre files: pour les mineurs, les majeurs, les familles et les personnes vulnérables.

Sujet extrêmement sensible, les mineurs sans famille vivant dans la "Jungle" (1.291 se sont déclarés comme tels) ne quitteront pas Calais: ils seront hébergés provisoirement - pendant une ou deux semaines, en attendant que leur dossier soit instruit - dans deux structures en dur, le Centre d'accueil provisoire (CAP) et le Centre Jules Ferry. "On pense pouvoir libérer 600 places pour les mineurs au CAP dès le premier jour", indiquent les organisateurs.

Pour la réussite de l'opération 1.250 membres des forces de sécurité (policiers et gendarmes) sont mobilisées et veilleront notamment à prévenir l'apparition de squats. Ce démantèlement "est une opération à risque qui peut dégénérer, avec la nécessité de faire intervenir la force publique", prévient le ministère de l'Intérieur. En cause, notamment, "des personnes qui souhaiteraient se maintenir sur le site" ou "des militants".

"D'ici le démantèlement, on s'attend à des nuits très compliquées", affirme une fonctionnaire de haut rang. Pour la première fois, des cocktail molotov ont été lancés sur les forces de l'ordre dans la nuit de mercredi à jeudi, selon les responsables de la sécurité.

Pendant toute la durée de l'évacuation, l'accès au camp sera réservé aux titulaires d'un badge, dont les militants associatifs et les journalistes qui pourront y entrer et en sortir.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'évacuation de 6.400 à plus de 8.000 migrants de la "Jungle" débutera lundi et devrait continuer toute la semaine.

Newsletter





Commentaires

-